STATEMENT : Invasion de la Turquie dans le nord-est syrien

Le dimanche 6 octobre dernier, Donald Trump a annoncé le retrait des forces américaines du nord de la Syrie, donnant ainsi le feu vert à la Turquie pour envahir le nord-est de la Syrie.

Mercredi 9 octobre, l’armée turque a lancé une offensive militaire dans le nord de la Syrie. Une centaine de personnes ont été tuées dans des attaques aériennes et terrestres.

La déclaration de Donald Trump a fait l’effet d’une bombe pour les Kurdes et est une véritable opportunité pour Erdogan qui s’est empressé de rassembler ses forces armées et d’envahir le nord-est de la Syrie.

En tant que membre de l’OTAN, il est tout simplement inacceptable que la Turquie commette des actions illégales telle que l’invasion du nord de la Syrie. Cette opération militaire va potentiellement donner lieux à de nombreux massacres de civils et l’augmentation des tensions dans un pays et une région déjà rendus instables par les différents conflits et interventionnismes étrangers.

En tant que mouvement pour la paix, nous pensons que toutes les interventions militaires étrangères en Syrie déstabilisent la région plutôt que de mettre fin à la guerre et l’instabilité régionale. Nous appelons à ce que :

  1. La Turquie, en tant que membre de l’OTAN, soit fermement condamnée par les États membres européens et que des pression sur les autorités turques soit menée afin qu’elles respectent le droit international et humanitaire et se retirent immédiatement des territoires syriens ;

  1. Tout commerce d’armes avec les différents groupes impliqués dans le conflit prenne fin;

  1. La mise en œuvre d’une solution globale de la crise syrienne basée sur la résolution 2254 des Nations Unies.

La résolution appelle à un rétablissement complet de la souveraineté et de l’unité de toutes les terres syriennes. Elle appelle également au retrait de toutes les forces étrangères et à la fin de toutes les interventions étrangères afin de parvenir à une solution globale et démocratique. Elle souligne également le fait que tous les Syriens – Kurdes y compris – devraient participer au processus de négociation afin de résoudre leurs problèmes actuels et parvenir à un processus de paix qui mènerait à la réconciliation et le respect des droits c ollectifs et individuels dans la région.

  1. L’Europe et ses États-membres luttent contre tout interventionnisme étranger visant à menacer la souveraineté d’un État, dans le cas présent la Syrie, ou à déstabiliser une région entière, ici le Moyen Orient.

 

Écrit par Fiona Ben Chekroun

STATEMENT : Invasion de la Turquie dans le nord-est syrien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut