Journée internationale de la lutte anti-impérialiste (25-31 mai 2020)

Journée internationale de la lutte anti-impérialiste (25-31 mai 2020)

Pour la défense de la vie sur la planète, pour la paix et la justice sociale, arrêtons Trump et l’extrême droite

L’impérialisme est en train de mettre en danger l’avenir de la vie sur la planète avec sa politique militariste d’ingérence et d’agression. En même temps, il provoque une dégradation catastrophique de l’environnement. Nous, organisations et mouvements populaires, sociaux, de jeunesse, de femmes, de paix, politiques et syndicaux, ainsi que des réseaux d’intellectuels du monde entier, nous nous réunirons pour participer à une mobilisation massive durant la Semaine internationale de la lutte anti-impérialiste, du 25 au 31 mai 2020.

Nous vivons une époque d’instabilité et d’incertitude quant à l’avenir de l’humanité et de la planète Terre. Le capitalisme et sa logique d’accumulation génèrent entre les gens une inégalité jamais vue auparavant. Des millions d’êtres humains souffrent des conséquences d’une crise qui n’est pas seulement économique, mais aussi sociale, politique, environnementale et des valeurs. Il s’agit d’une crise systémique et de civilisation.

Le capital cherche à augmenter ses profits en s’attaquant aux droits sociaux et au droit du travail des peuples et de la classe ouvrière. Il le fait par l’appropriation des ressources naturelles et des progrès de la science et de la technologie, qui devraient pourtant appartenir à l’humanité tout entière.

L’offensive actuelle du capital porte atteinte aux droits de l’homme et à la démocratie, au principe d’équité et à la souveraineté nationale des États. L’action concertée de la puissance économique des sociétés transnationales, des réseaux internationaux de désinformation et des structures supranationales de domination vise le contrôle total de la planète.

L’administration Trump érode le droit international en multipliant les actions d’ingérence, de provocation, d’agression militaire et de boycott économique contre les peuples et les États souverains qui refusent de se soumettre à la domination des États-Unis et de leurs alliés. Les États-Unis ont imposé des sanctions à 51 pays, dont Cuba et le Venezuela, acteurs héroïques de la lutte anti-impérialiste.En même temps, ils lancent d’énormes provocations au Moyen-Orient, notamment des attaques contre l’Iran et ils imposent au peuple palestinien « l’Accord du siècle », contraire à ses droits historiques.

Le néolibéralisme est une forme plus violente et plus antidémocratique de domination du capital transnational. Il ne représente pas un espoir et ne donne aucune solution à la souffrance de nos peuples. Il approfondit les tentatives d’imposer des solutions autoritaires à la crise actuelle, des solutions racistes, xénophobes et misogynes. Ces tentatives se manifestent dans le chef des actuels gouvernements des États-Unis, du Brésil et de l’Inde, entre autres. Elles s’expriment aussi dans la montée de l’extrême droite en Europe. Les femmes et les personnes LGBTQI+ sont dans ce cadre des cibles de premier choix.

Une nouvelle stratégie de sécurité nationale des États-Unis vient d’être adoptée par l’administration Trump : elle vise la Russie et la Chine dans le domaine militaire et consolide la voie de l’unilatéralisme. A cela s’ajoute le retrait des États-Unis des accords et traités internationaux, qui sont des instruments fondamentaux pour la paix mondiale. Tout cela est en train de déclencher une spirale de tensions géopolitiques et de réarmement conventionnel et nucléaire qui menace la sécurité de l’humanité.

La réunion de l’OTAN, à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, a confirmé le fait que cette organisation continue d’être une menace pour la paix mondiale, car elle aspire à militariser jusqu’à l’espace.

Dans la lignée des traditions historiques de lutte, d’unité et de mobilisation du Mouvement international pour la paix et le désarmement, nous exigeons la dissolution de l’OTAN, le retrait des 800 bases militaires des États-Unis, le désarmement total, la fin de tous les actes d’ingérence et d’agression extérieures et le respect de la Charte des Nations unies et du droit international.

Toutes les ressources du monde doivent être utilisées pour résoudre les principaux problèmes de l’humanité : la faim, la maladie, la pauvreté et l’inégalité.

Nous luttons pour la paix, la démocratie, les droits de l’homme, de la femme et du travail, les droits des réfugiés et des travailleurs migrants, la souveraineté des peuples, le droit international, les droits des femmes et des personnes LGBTQI+, et les droits de la nature. Nous rejetons la discrimination et le racisme qui caractérisent l’impérialisme.

Nous réaffirmons que les peuples ont un ennemi commun : ceux qui défendent les valeurs fascistes, antisociales, patriarcales et xénophobes.

Nous appelons donc à une vaste action anti-impérialiste entre le 25 et le 31 mai 2020, pour envahir les places et les rues de nos pays avec des mobilisations larges et unies, dans le cadre d’une action coordonnée au niveau international. Nous voulons garantir un avenir à notre planète, aujourd’hui épuisée et dégradée par l’action prédatrice du grand capital. Il s’agit d’une mobilisation contre le militarisme et l’impérialisme et contre toutes leurs expressions.

Nous savons que notre force réside dans nos mobilisations.

Joignons nos espoirs pour construire un monde où nous vivrons tous dans la dignité !

SIGNATURE

Envoyer les nouvelles signatures à l’adresse électronique : jornadaantiimperialista@riseup.net

La Belgique et l’assassinat de RWAGASORE
09/10/2021  14h00
BRUXELLES ULB (Université Libre de Bruxelles) Campus Solbosch - local B1-315  - Bruxelles ULB
Le 10 octobre, marchons ensemble pour le climat
10/10/2021  13:00
Bruxelles  - Bruxelles Nord
Retour en haut