L'accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Philippines menace la santé

Accord de libre-échange entre l'UE et les Philippines

Les Philippines et l'UE sont sur le point de signer un accord de partenariat et de coopération qui engage à libéraliser l'échange et les investissements ainsi qu'à relâcher les règles quant aux droits de propriété intellectuelle. Un accord de ce type détériorera l'accès aux services de santé, augmentera le prix des médicaments et affaiblira les revenus du gouvernement ainsi que les dépenses en santé publique.


Les Philippines et l'UE sont sur le point de signer un accord de partenariat et de coopération qui engage à libéraliser l'échange et les investissements ainsi qu'à relâcher les règles quant aux droits de propriété intellectuelle et ouvre les négociations pour un accord de libre-échange.

Cette semaine, l'ambassade du Royaume-Uni a annoncé que le pays a approuvé l'accord de partenariat et de coopération (APC), un accord de base sans engagements spécifiques, mais qui fixe les règles générales pour les thèmes économiques, politiques et sociaux entre l'UE et les Philippines. Le Royaume-Uni a été le dernier membre de l'UE à accepter le texte de l'APC, qui peut dès maintenant être signé formellement par l'UE et les Philippines et ainsi ouvrir la voie vers un ALE.

Selon une étude menée par IBON, un accord de libre-échange entre l'UE et les Philippines représente la capitulation de la souveraineté nationale du gouvernement Aquino. En effet, en signant cet accord, le gouvernement abandonne sa protection économique essentielle à son autonomie et développement national. L'étude démontre également qu'un accord de ce type détériorera l'accès aux services de santé, augmentera le prix des médicaments et affaiblira les revenus du gouvernement ainsi que les dépenses en santé publique.

Selon Sonny Africa, directeur de l'étude d'IBON, les droits de propriété intellectuelle comprennent également la protection de données, la protection de la variété de plantes et les indications géographiques qui vont avoir un impact par exemple sur l'accès et le contrôle des agriculteurs sur les graines, l'accès des populations aux médicaments de même que l'accès des populations à des technologies bon marché.

De plus, cet accord de libre-échange permettra aux entreprises étrangères d'être traitées comme des entreprises philippines et donc de bénéficier d'un traitement national. En outre, l'UE pourra prendre part aux services de santé et mettre à disposition une expertise, ce qui a pour conséquence d 'écarter les professionnels de la santé locaux.

D'après Africa, le gouvernement philippin va être tenu par l'accord de libre-échange et ne pourra donc plus revenir sur des décisions politiques futures. Le gouvernement philippin sera également obligé d'octroyer les mêmes privilèges à l'UE qu'elle donne à d'autres pays.

En guise de conclusion, l'étude souligne le fait que libéraliser le secteur de santé consolidera et augmentera l'influence d'intérêts privés à but lucratif ainsi que d'interventions publiques anticipées et aggravera les tendances déjà existantes dans le secteur de la santé.

Selon IBON, la décision la plus raisonnable à prendre pour le pays est de ne pas s'engager dans un accord de libre-échange trop démesuré et prématuré. Du point de vue du secteur de santé, il serait prudent de l'exclure complètement de cet ALE pour ainsi éviter de s'embarquer dans des contraintes et et engagements légaux qui restreignent la capacité du gouvernement philippin d'agir, de discriminer et de réguler les politiques dans l'intérêt du secteur de santé.

''Le fait que le gouvernement philippin cherche à s'engager dans un partenariat si inégal, envoie des signaux à d'autres pays capitalistes, particulièrement aux États-unis, que les Philippines sont prêtes à établir d'autres accords de libre-échange et symbolisent le tremplin pour d'autres accords dans l'ASEAN et la région entière,'' a déclaré Africa.

Source:

Free trade agreement with EU threatens PH's IPR, services - Study: FTA with EU to lead to poorer access to health services

BijlageSize
TWRF-_EU-ASEANRP_health_impact.pdf535.49 KB