Rapport de l'action contre le financement de l'industrie militaire israélienne par l'UE

30 activistes face au bâtiment de la Commission Européenne


Le 15 mai 1948, l'État d'Israël s'établit en expulsant 750 000 palestiniens de leur foyer. Ce 15 mai, 30 activistes d'intal, de vrede vzw et de vredes actie ont organisé une action face à la Direction Générale de la recherche et des innovations, à Bruxelles, pour demander à l'Union Européenne de mettre un terme aux subsides qu'elle accorde à l'industrie militaire israélienne à travers ses programmes de recherche scientifique.


Selon Joaquim Da Fonseca, porte-parole pour l'action, « Elbit Systems et Israeli Aerospace Indutsry sont deux importantes compagnies qui participent à l'occupation de la Palestine et à la répression illégale des Palestiniens. Ces firmes on participé à des projet du programme de recherche actuel, FP7, pour une somme totalisant  235 millions d'euros, certains de ces projets impliquent des université belges (la KUL, l'Université de Namur,...) Une somme en partie payée par les contribuables européens.

Le 15 mai donc, vers 13h00, deux activistes, se faisant passer pour des businessmen israéliens de l'armement son entrés dans le bâtiment de la DG pour y demander plus de subsides. Ces demandes concernaient le  prochain programme de recherche : « Horizon 2020 ». Jouant la comédie à l'accueil de l'immeuble, ils ont déclaré représenter  "des entreprises israéliennes de productions d'armes." "Nous voudrions rencontrer le directeur de la DG afin de nous assurer que les généreux subsides que nous recevons actuellement de la Commission soient reconduits lors du programme Horizon 2020. » Avec ironie et cynisme, les activistes businessmen ont expliqué vouloir poursuivre les violations israéliennes des droits de l'homme. «  Vous pouvez être certain que ont bien été dépensées. », faisant notamment référence au programme de recherche servant à la production de drones avec des compagnies d'armement israéliennes.

Des victimes palestiniennes ont été simulées par d'autres participants, couchées, elles, face au bâtiment et couvertes de sang. Ces corps représentaient les morts engendrés par la violence des attaques de l'armée israélienne, violence possible grâce au produits de l'industrie militaire israélienne.

Cette action avait pour but d'empêcher que de telles compagnies puissent participer au programme Horizon 2020, dont le contenu et la liste des participants sont en cours d'élaboration. Il est nécessaire d'établir une liste de critères éthiques décisifs. Ces critères devront exclure les entreprises israéliennes impliquées dans l'occupation illégale des territoires Palestiniens. Plus aucune collaboration scientifique ne devra être possible avec ces compagnies et elles ne doivent bénéficier d'aucun subside européen.

Cette action cadrait dans la campagne belge exigeant un embargo militaire à l'encontre d'Israël et supportée par plus de 25 organisations. Cette campagne exige que les autorités belges et européennes imposent un embargo sur les armes à l’encontre d’Israël. Cet embargo doit être maintenu jusqu'à’à ce qu’Israël se conforme à ses obligations internationales. La campagne continue!!!


Average: 2 (1 vote)