Argentine: le premier porté disparu de l'ère Macri pour les intérêts de Benetton!

 

Les faits

 

Depuis le 1 août 2017, un jeune militant des droits de l'Homme est porté disparu suite à une intervention musclée de la police dans la province de Chubut ( Patagonie-Argentine).

Santiago Maldonado s'était rendu dans la région pour participer à des actions contre la multinationale Benetton*, devenue le principal propriétaire de la Patagonie en Argentine.

 

Accaparament des terres par des multinationales

 

A partir de 1991, l'Etat argentin concède des millions d'hectare de terres à la Compañía de Tierras Sud Argentino, filiale de la mutinationale italienne.

Avec plus de 884.200 hectáreas, le groupe Benetton est devenu le principale propiètaire des terres de Patagonie. Il dépasse de loin les 1.000 hectares prévue par la loi des Terres datant de 2011 et qui limite les concessions des terres agricoles aux compagnies étrangères .

 

En 2015, ceci prend une nouvelle tournure avec l'arrivée au pouvoir du président de droite ,Mauricio Macri. Dès son arrivée à la présidence de l'Argentine, il vote un décret 274/12 pour contourner la loi sur les concessions des terres aux particuliers et multinationales étrangers. Une société anonyme étrangère qui compte un associé argentin pourrait acquerir des quantités de terres illimitées alors qu'auparavant, une entreprise qui comptait plus de 25 % d'accionariat étranger était soumis à la limitation sur la concession des terres.

 

Les habitants et les communautés Mapuche se mobilisent et entament des actions pour occuper une partie de ces terres ( conformément au limitation de concession prévu par la loi).

Un bras de fer oppose alors occupant, force de police et les multinationales dont Benetton.

Fin juin de cette année, un leader Mapuche, Facundo Jones Huala, est arreté par les autorités chiliennes ( tout ceci se passe à la frontière entre les deux pays). Des mobilisations et appels à sa libérations sont organisées quotidiennement.

 


La disparition forcée...retour au passé sombre de l'Argentine

 

Le jour de sa disparition, Santiago a participé à une manifestation pour exiger la libération de Facundo Huela. Ce jour-là, la gendarmerie a mené des actions coups de poid pour déloger et dispercer les manisfestants. Plusieurs témoins affirment qu'il a été roué de coup avant d'être emmené par la gendarmerie. Depuis, plus de nouvelles.

Les organisations de défense de droits de l'Homme exige une véritable enquête à la Ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, qui a limité son rapport aux témoignages des forces de l'ordre pour conclure que Santiago avait très certainement quitté le pays via la frontière chilienne.

Le comité contre les disparitions forcées de l'ONU a également interpelllé le gouvernement Macri pour qu'une enquête sérieuse soit menée.

 

Violence d'Etat?

 

Cette disparition a ému et plongé l'Argentine dans les souvenirs de ses années les plus sombres. 30 000 assassinas et disparitions forcées durant la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Santiago est mis en symbole du “PLUS JAMAIS CA”.

Vendredi 11 août, des milliers de personnes ont marché à l'appel des mères de la place de mai pour exiger que Santiago soit présenté en vie. Les manifestants dénoncent également un retour en arrière de 40 ans en matières de droits de l'Homme.

 

Cette disparition forcée fait suite à une série de violation de droits humains en Argentine, comme les arrestations arbitraires et la criminalisation des organisations sociales, symbolisée par l'arrestation de  Milagro Sala. Un cas loin d'être isolé.

 

*dont le siège est situé à Triverso, Italie, d'où sont originaire la famille des frères Luciano, Gilberto, Carlos y Giuliana. Fondée en 1965, et posède actuellement un apital de 4 mille millions de dollars. Hironie du sort, cette marque s'est fait connaître pour ses publicités ensenssant la diversité culturelle.

 

 

source:

http://noalamina.org/general/item/15897-el-grupo-benetton-es-el-mayor-terrateniente-de-argentina

https://mundo.sputniknews.com/americalatina/201607021061481922-argentina-compra-extranjera-campos/

 

Nous vous invitons à nous rejoindre pour élargir nos actions de solidarité.

www.intal.be

Info : americalatina@intal.be

 Nos rencontres ont lieu tous les deuxièmes jeudi du mois ( contact 0474 418 263)

 

No votes yet