Caracas y la derecha

 

Pourquoi Caracas est aux mains de la droite ?
On penserait qu’avec une majorité de gens de condition modeste ou vivant sous le seuil de pauvreté, les élections communales ne sont qu’une formalité pour le PSUV…A Caracas ; c’est sans compter le nombre d’opportunistes qui infectent le parti du Comandante.
La mission confiée par voie électorale n’a pas été remplie, et les électeurs ont protesté par un vote à droite ou une abstention.
D’autres, très peu conscientisés se sont laissés manipuler par un média très offensif, presse au service exclusif du capitalisme national et international.
Le président Hugo Rafael Chavez Frias n’est pas seulement soutenu massivement par les Vénézuéliens ; il est le seul leader à vouloir réunir l’Amérique Latine pour combattre l’hégémonie états-unienne, USA qui considère l’Amérique Latine comme son jardin privé.
La création de l’ALBA, grand marché socialiste, où l’échange d’aliments, de minerai, de technologies,…prime sur les profits prévus par l’ALCA !
Une politique internationale avec des alliances controversées, mais nécessaires en matière de technologie, quand on sait que le pays est encerclé de bases militaires US, et que les les paracos (para-militaires colombiens), à la solde des oligarques, pullulent sur le territoire bolivarien.
Le coup d’état au Honduras en 2009 confirme les intentions bellicistes de l’empire envers la Révolution Bolivarienne.
D’après le pouvoir médiatique international néo-libéral qui diabolise Chavez, le Président Comandante serait un dictateur…
Et bien, un tyran qui se préoccupe d’abord de l’éducation, des soins de santé, de la souveraineté alimentaire, du contrôle ouvrier,…qui donne le pouvoir au peuple…
Je veux le même à la maison !
 

 

No votes yet