Philippines: Empowerment des femmes par le biais de la santé

Jovita Montes, Gabriela, 11ème Rencontre Internationale Femmes et Santé, 13-17 septembre 2011, Bruxelles


Lors de la 11ème Rencontre Internationale Femmes et Santé à Bruxelles, Jovita Montes de Gabriela, a expliqué comment les femmes pauvres aux Philippines sont, par le biais de programmes de santé, sensibilisées et organisées autour de leurs droits et comment elles revendiquent leurs droits par l'action collective au niveau local et national.


Des chiffres alarmants

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé, les Philippines font partie des 55 pays qui totalisent 94% des décès maternels dans le monde. Près de la moitié des grossesses sont non planifiées, 15% se terminent par un avortement et les deux tiers des femmes sont assistées pendant l'accouchement par du personnel non formé. En moyenne, toutes les deux heures une femme meurt de complications pendant la grossesse. Les Philippines ont le taux de mortalité le plus élevé en Asie du Sud.

La violence contre les femmes est un autre problème majeur aux Philippines. Selon le Centre de Ressources pour Femmes, 2010 est l'année ayant connu la plus forte incidence de violence à l'encontre les femmes au cours des dix dernières années. Toutes les 37 minutes, une femme est battue et toutes les 43 minutes un enfant est battu ou maltraité. 84% sont victimes de violence domestique, 9% de viol, 6% de harcèlement sexuel, la prostitution et le trafic sexuel représentent 1%.

Organiser les femmes

Depuis la création de Gabriela il y a eu peu de changement dans la situation du peuple philippin pauvre. Il y a encore de la pauvreté et les droits fondamentaux sont toujours violés. Mais Gabriela a accumulé beaucoup d'expériences et des pratiques durant ces années et a pu tirer d'importantes leçons.

Une des leçons importantes de ces dernières décennies est la suivante : la promotion du droit d'accès aux soins de santé pour les femmes commence par l'émancipation de celles-ci. Il faut les sensibiliser, les organiser et les mobiliser pour leur permettre de mettre en place une action collective. La sensibilisation a généralement lieu en dehors de la sphère privée et est une première étape dans le processus d'émancipation. En entrant en contact avec d'autres femmes dans leur communauté, elles sortent de l'isolement de la maison et de leur famille. L'échange avec d'autres femmes les aide à surmonter leur sentiment d'impuissance face aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Le lien avec d'autres femmes leur donne un plus grand pouvoir individuel.

Mais il ne suffit pas d'informer les femmes, de les organiser et de les mobiliser sans prendre en compte leurs problèmes spécifiques. La violence domestique et la santé des femmes doivent donc être les premières préoccupations d'un mouvement de femmes.

S'attaquer aux problèmes de santé

Dans son programme de services, Gabriela prend au sérieux les besoins urgents et pratiques dans les domaines de la santé et de la violence contre les femmes. Grâce à des cliniques gratuites et des missions médicales, les bénévoles de Gabriela ont déjà aidé des milliers de femmes et leurs familles.

Les organisations locales de femmes ont réussi à créer des comités de santé et des pharmacies de village. Des centaines de femmes ont reçu une formation étendue en matière de santé . Mais la prise de conscience s'étend au-delà de la création d'une équipe de travailleurs de la santé. Des ateliers sur les premiers soins ou l'utilisation de plantes médicinales sont régulièrement organisés pour un groupe plus large de femmes dans la communauté. A côté de ça, Gabriela organise des séminaires sur les droits des femmes. La sensibilisation accrue au sujet de la santé se traduit souvent par des actions locales pour le droit à la santé. La participation active aux programmes de santé sert de base pour la formation des femmes activistes et des dirigeants.

Grâce à l'offre de soins de santé dans des endroits où le gouvernement est absent, Gabriela est populaire auprès des femmes. Les programmes de santé contribuent au renforcement des services locaux et à l'enthousiasme des bénévoles. Ce gain a également conduit à des victoires concrètes au cours des campagnes de santé et a permis de générer un soutien pour l'organisation.

Les programmes de santé dans les communautés protègent également Gabiela contre des attaques politiques. Ces dernières années, plusieurs membres de Gabriela ont été victimes de l'intimidation militaire. Par son travail de santé dans les communautés, Gabriela peut compter sur le soutien de la population contre de fausses accusations de l'armée à son encontre.

Plus que des soins de santé

Lors de la prestation des soins de santé dans les communautés, les bénévoles situent les programmes de santé dans un cadre plus large de facteurs sociaux, économiques et politiques qui ont un impact sur la santé des femmes et leurs familles. Les bénévoles de Gabriela se considèrent donc avant tout comme des militants pour les droits des femmes qui organisent et sensibilisent les femmes sur leur droit à la santé, au logement, à l'emploi, et à la protection contre la violence et la discrimination.

L'objectif à long terme est de construire des organisations de femmes fortes dans les communautés pauvres et qui ont la capacité de couvrir leurs besoins immédiats et de rendre le gouvernement responsable de la santé et du bien-être de la population. 

Autres contributions de nos partenaires lors de la Rencontre Internationale Femmes et Santé: