La fête nationale belge comme propagande de guerre


Depuis longtemps déjà, les messages publicitaires à la radio suscitent chez moi de l’agacement à cause de leur mauvaise qualité. Mais la semaine avant la fête nationale belge, ça a vraiment dépassé les bornes. Cette fois-ci, pas de publicité pour le salon de l'auto, les banques ou des assurances, mais bien pour l'armée belge.


Le tout nouveau matériel utilisé en Afghanistan, en Libye et au Liban fut présenté lors d'un show pendant la fête nationale. Dans les rues autour du Parc Royal, la Défense a organisé tout au long de la journée des activités, jusqu'à un simulateur de vol en F-16. Venez voir, à ne pas manquer, ... . La fête nationale belge s’est ainsi convertie en une journée de propagande de guerre qui doit glorifier ‘nos garçons’ et surtout les exploits de ‘nos garçons’.

La Belgique est en guerre
Car la Belgique est en guerre, et ce dans 2 pays. En septembre 2007, la Belgique a envoyé les premiers soldats en Afghanistan, suivis de 6 F-16. Le 19 mars 2011, le Parlement belge décida de prendre part à la guerre en Libye sous le commandement des Français, et ensuite de l'OTAN. Aujourd'hui, les 6 F-16 bombardent la Libye de façon régulière. Davantage de bombes belges sont tombées sur la Libye en 4 mois que sur l'Afghanistan en 3 ans.
En mars 2011, le monde semblait simple: Kadhafi bombardait sa population à l'aide d'avions, plus de 2.000 morts à Benghazi, viols systématiques, containers de viagra. Il est devenu évident aujourd’hui que ce sont des malentendus qui nous ont chauffé pour partir en guerre. Donatelle Rovera, qui a séjourné 3 mois en Libye pour Amnesty International, déclarait en juin qu'il n'existe aucune preuve des meurtres en masse et des viols prétextés par l'OTAN pour partir en guerre. Le nombre de morts est estimé à un peu plus de cent. Pour ce qui est des victimes à Misrata, il s'agissait presque exclusivement d'hommes, et non pas d'hommes et de femmes comme l'on peut s'y attendre lors d'attaques contre des civils.
5.000.000 euro par mois
Mais bon, ce qui est fait est fait. Le 17 mars, 9 pays ont voté au Conseil de Sécurité des Nations Unies la résolution 1973, et nos parlementaires se sont accordés pour partir en guerre, faisant fi des frontières de la langue ou des partis. Pas un seul parlementaire n'a voté contre la guerre. Le fait qu'ils n'aient eu besoin que d'un (1) seul jour pour se décider est pour le moins étonnant en ces temps d'affaires courantes et de désespoir politique.
Quelques jours plus tard, 'nos garçons' étaient déjà en route avec leurs F-16. Sans hésiter, 5.000.000 euro par mois ont été mis à disposition afin de bombarder la Libye. Avec 5.000.000 euro par mois, il y a moyen de payer le salaire mensuel brut de 2.000 professionnels de la santé ou d'enseignants. Nos parlementaires arriveraient-ils à trouver aussi vite une unanimité s'il s'agissait de créer 2000 emplois?
Dès le départ, l'opposition en Libye était armée et d'aucune façon comparable avec les révoltes populaires en Tunisie et en Egypte. Le Conseil National de transition, qui est selon le Ministre Vanackere le seul représentant légitime du peuple Libyen, est constitué d'anciens ministres du gouvernement libyen, d'extrémistes radicaux liés à Al Qaeda, de partisans de l'ancien roi qui fut mis au pouvoir par les Britanniques en 1952 et d'hommes d'affaires douteux qui ont empoché des millions en faisant passer clandestinement des réfugiés Africains vers l'Europe.
La guerre n'est pas un jeu vidéo
Les conséquences de la guerre civile qui fut mise en route par ces rebelles deviennent chaque jour plus évidentes. Le 19 juin, l'OTAN bombarda une cible civile à Sorman. 13 morts furent à déplorer, parmi lesquels 4 enfants et 1 bébé. Le problème des réfugiés est énorme. Des centaines de milliers d'étrangers qui n'ont pas pu rentrer chez eux séjournent déjà depuis 4 mois dans des camps de réfugiés. Et c'est sans parler des dégâts causés sur les infrastructures.
Je me suis rendu à Tripoli en Juin afin d'observer sur place les conséquences de l'attaque de l'OTAN. Les Tripolitains étaient très clairs. La guerre lancée par l'OTAN contre la Libye n'a qu'un seul objectif: la recolonisation de la Libye, et par extension, de toute l'Afrique. Les étrangers qui sont restés en Libye se sont empressés d'ajouter que les Africains étaient prêts à aider à défendre la Libye contre cette attaque.
Pour un jour de fête nationale, un appel à ranger les tambours de guerre n’apporte peut-être pas assez de gloire, même si c’est la seule chose juste à faire. Dans l'intérêt des civils Libyens.
 
Vertaald door: 
Monique Crock