Palestine

Le rapport Goldstone sur Gaza: Israël coupable de crimes contre l’humanité

Le rapport Goldstone sur Gaza: Israël coupable de crimes contre l’humanité

Beaucoup d'entre nous se rappellent les images sanglantes de la guerre de Gaza de l’hiver 2008-2009: femmes et enfants assassinés, corps mutilés, écoles et hôpitaux bombardés, habitants de Gaza affolés ne trouvant nulle part où se protéger. Représailles aux raquettes Quassam du Hamas? Ou Israël dévoile-t-il son vrai visage? Un récent rapport de l'ONU tente de répondre à ces questions et n'est pas accueilli positivement par tout le monde.


L’indignation internationale concernant l’intervention brutale de l’armée israélienne à Gaza fut en effet importante. Le 3 avril 2009, le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies a décidé de mettre sur pieds une commission pour enquêter sur les violations du droit humanitaire international, présidée par Richard Goldstone, un juge sud-africain expérimenté en droit international.

Traduit par: 
Pierre Plouvier

Drones sur Gaza : « Nous disons que c’est un feu d’artifice »

Drones sur Gaza : « Nous disons que c’est un feu d’artifice »

Israël envoie de plus en plus de drones sur la population de Gaza. C’est ainsi qu’il crée un climat d’angoisse et de terreur. Il y a des morts, des enfants aussi en sont souvent les victimes. Mais, pour les observateurs européens, c’est manifestement un point aveugle.


Comme chaque année, l’Europe publie un rapport sur la situation à Gaza. Ce qui est intéressant, dans ce rapport, c’est qu’il examine de nombreux aspects de la vie sociale, économique et politique dans la bande de Gaza. Aussi le fait que les observateurs européens passent complètement sous silence le recours aux drones est très étonnant.

Vivre avec l’occupation ou comment les jeunes Palestiniens se débrouillent avec la répression israélienne

Vivre avec l’occupation ou comment les jeunes Palestiniens se débrouillent avec la répression israélienne

Les jeunes de Jérusalem vivent sous l’œil qui voit tout de l’occupant israélien. Des centaines de caméras enregistrent tout ce qui se passe dans les rues, les check-points contrôlent l’accès aux quartiers, la police est omniprésente. Les jeunes Palestiniens sont prisonniers dans leur propre capitale.


Cela, les étudiants de l' Al Quds University l’ont appris à leurs dépens le 22 janvier dernier. La police israélienne a fait irruption en masse sur le campus et a assailli les étudiants à coups de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. Plus d’une centaine d’étudiants ont dû être soignés pour des problèmes des voies respiratoires.

Ariel Sharon, une vie dédiée à la violence coloniale

Ariel Sharon, une vie dédiée à la violence coloniale

La vie d’Ariel Sharon se confond avec l’histoire violente et raciste de l’Etat d’Israël. Ses agissements furent autant de motifs pour développer une solidarité contre l’occupation et la répression israélienne.


Né en Palestine, ce mot qu’il détestait tant, Ariel Sharon est né Scheinerman en 1928, dans le kibboutz de Kfar Malal au nord de Jaffa. Israël n’existe alors pas encore et c’est depuis les colonies juives que le mouvement sioniste prépare la création d’un Etat juif d’où seront expulsés les autochtones palestiniens. A 16 ans, il entre à la Haganah, la milice de sécurité sioniste.

Envoyez une lettre de voeux de Nouvel An concernant Dexia au Premier ministre Elio Di Rupo

Envoyez une lettre de voeux de Nouvel An concernant Dexia au Premier ministre Elio Di Rupo

Lors des voeux du Nouvel An, nous prenons habituellement des résolutions pour « mieux faire » ou « autrement faire » pour l'année nouvelle. La plate-forme « Palestine occupée - Dexia impliquée » a l'intention de continuer à dénoncer la participation belge à la colonisation israélienne de la Palestine. Faites de même et envoyez votre message personnel au Premier ministre Di Rupo.


Envoyez votre message personnel avec la lettre type au Premier ministre Di Rupo et demandez lui de prendre des bonnes résolutions pour la nouvelle année. Merci au nom de la plate-forme « Palestine occupée - Dexia impliquée ».

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER VOTRE MESSAGE PERSONNEL ET LA LETTRE TYPE - vous pouvez ajouter votre propre message en bas. Ceci sera repris en haut dans votre message.

Savoir plus:

L'hypocrisie israélienne sur les armes nucléaires ne connaît pas de frontières

L'hypocrisie israélienne sur les armes nucléaires ne connaît pas de frontières

Des activistes et des parlementaires israéliens discutent ensemble sur le désarmement nucléaire en Israël

Les 5 et 6 décembre, 2013 des organisations palestiniennes, israéliennes et internationales se sont réunis avec les anciens et actuels membres du parlement israélien (Knesset), à Haïfa et Ramallah, pour discuter ensemble sur un Moyen-Orient exempt d'armes de destruction massive. C'était la première fois que cela s'est produit en Israël.


En 2010, l'Assemblée générale des Nations Unies a demandé à l'unanimité d’organiser une conférence à Helsinki pour établir une zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient. Ces zones existent partout dans le monde, comme en Amérique latine et centrale et dans les Caraïbes (1). Cet appel en 2010 était la dernière d'une longue série.

Traduit par: 
Hubert Hedebouw & Michèle Florquin

Reynders en Israël et Palestine : Une 'équidistance' qui normalise l'occupation

Reynders en Israël et Palestine : Une 'équidistance' qui normalise l'occupation

Réflexions sur la visite du Ministre des Affaires Étrangères au Proche-Orient

A l'occasion de sa rencontre avec le Premier Ministre Israélien, le Ministre des Affaires Étrangères, Didier Reynders, a annoncé que  la Belgique avait conclu un accord pour renforcer ses liens avec Tel Aviv. L'ancien président du MR a également rencontré les dirigeants palestiniens. S'agit-il dès lors d'une politique équitable, visant à promouvoir le dialogue entre Palestiniens et Israéliens ?


A y regarder de plus près, la visite du chef de la diplomatie belge encourage plutôt la normalisation de la colonisation et de l'occupation israélienne.

Video : Terzake enquête sur l’implication de la Belgique dans la construction des colonies illégales

Video : Terzake enquête sur l’implication de la Belgique dans la construction des colonies illégales

Un nouveau prêt réfute les arguments de Dexia

Le mercredi 30 octobre 2013, Terzake dévoile le soutien financier que Dexia, et son actionnaire principal la Belgique, continuent à apporter à la construction de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.


En tant que porte-parole de la plateforme “Palestine occupée – Dexia impliquée”, j’ai été invité à réagir sur le rapport qui a été présenté aux Nations Unies sur ce sujet.

Regardez ici l'émission de Terzake (après 25:30)

La Belgique et Dexia restent sourdes et muettes concernant le rapport de l'ONU

La Belgique et Dexia restent sourdes et muettes concernant le rapport de l'ONU

Les accusations de violations des droits de l'homme ne méritent aucune réponse

Le 21 octobre 2013, la campagne "Palestine occupée - Dexia impliquée" a publié le rapport de Richard Falk, rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967. Belga et De Standaard ont repris le message. Plusieurs médias ont tenté de contacter tant Dexia que le gouvernement belge. En vain pour l'instant.


Gardons le silence et espérons que toute cette histoire disparaisse, voila ce que semble se dire le gouvernement belge ainsi que Dexia SA. La question est de savoir si cela va fonctionner. Par contre, plusieurs médias belges ont jugé ces accusations de violations des droits de l'homme importantes et ont publié plusieurs articles à ce sujet.

Traduit par: 
Alexia Fourage

Dexia et le gouvernement belge à nouveau en ligne de mire lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies

Dexia et le gouvernement belge à nouveau en ligne de mire lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies

Le financement des colonies israéliennes illégales en Palestine continue de poursuivre la banque et la Belgique

Richard Falk, Rapporteur Spécial sur la « situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967 », décrit dans son rapport pour l’Assemblée Générale des Nations Unies, comment le gouvernement belge peut être tenu pour responsable du financement par Dexia SA de colonies illégales dans les territoires palestiniens.


Pour la deuxième année consécutive, Richard Falk a passé au peigne fin la politique de Dexia SA dans les territoires occupés palestiniens, au travers de sa filiale Dexia Israël. Il n’y va pas de main morte dans son rapport, qui sera présenté ce 29 octobre 2013 à l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Traduit par: 
Line Hedebouw