dexia

Envoyez une lettre de voeux de Nouvel An concernant Dexia au Premier ministre Elio Di Rupo

Envoyez une lettre de voeux de Nouvel An concernant Dexia au Premier ministre Elio Di Rupo

Lors des voeux du Nouvel An, nous prenons habituellement des résolutions pour « mieux faire » ou « autrement faire » pour l'année nouvelle. La plate-forme « Palestine occupée - Dexia impliquée » a l'intention de continuer à dénoncer la participation belge à la colonisation israélienne de la Palestine. Faites de même et envoyez votre message personnel au Premier ministre Di Rupo.


Envoyez votre message personnel avec la lettre type au Premier ministre Di Rupo et demandez lui de prendre des bonnes résolutions pour la nouvelle année. Merci au nom de la plate-forme « Palestine occupée - Dexia impliquée ».

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER VOTRE MESSAGE PERSONNEL ET LA LETTRE TYPE - vous pouvez ajouter votre propre message en bas. Ceci sera repris en haut dans votre message.

Savoir plus:

Dexia et son principal actionnaire, la Belgique, se portent garant pour couvrir un projet de l'armée israélienne

Dexia et son principal actionnaire, la Belgique, se portent garant pour couvrir un projet de l'armée israélienne

[Update: 28/10/2013] Dexia Israël continue de soutenir le développement de la colonisation de la Palestine par Israël

Depuis octobre 2008, la plate-forme «Palestine occupée - Dexia impliquée" dénonce le financement des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés. Après plusieurs années de campagne, l'ancien président Jean-Luc Dehaene a affirmé en 2011, que depuis fin 2010, il n'y avait plus de nouveaux contrats conclus avec l'occupant israélien.


Cette affirmation a également été confirmée par le nouveau président Karel De Boeck. Toutefois, on est loin de la vérité.

Mensonge à quatre reprises

Il y a quelques jours, la plateforme a obtenu des documents qui mettent à nu de nouveaux liens entre Dexia et l'occupation.

Dexia Israël n'est pas encore vendue, mais fait partie de la « bad bank » et bénéficie donc d'une garantie de l'État!

Dexia Israël n'est pas encore vendue, mais fait partie de la « bad bank » et bénéficie donc d'une garantie de l'État!

De nouveaux mensonges de Jean-Luc Dehaene mis à jour

Le dimanche 9 octobre, le Conseil d'Administration du Groupe Dexia a décidé la vente de Dexia Banque Belgique au gouvernement belge et la vente de Dexia Municipal Agency au gouvernement français. Terzake s’est posé la question: « Où se trouve Dexia Israël? ».


Regardez ici le reportage que Terzake (VRT - CANVAS) a fait sur Dexia Israël.

La plate-forme « Palestine occupée – Dexia impliquée » s’est aussi posé cette question. En nous basant sur des communiqués de presse de Dexia, sur ce qu'en disait les media, sur des contacts avec des journalistes et avec Moniek Delvou, conseillère en communication du président Jean-Luc Dehaene, nous avons pu découvrir les éléments suivants.

Traduit par: 
Jan Van Herzele

« De nombreux Israéliens voient la frontière comme une vue de l’esprit, pas comme un fait »

« De nombreux Israéliens voient la frontière comme une vue de l’esprit, pas comme un fait »

Interview de Merav Amir, coordinatrice des recherches chez « Who Profits from the Occupation ? »

Il n'y a pas énormément d'organisations israéliennes qui combattent l’occupation, mais elles existent. La Coalition des femmes pour la paix en est une. Il y a trois ans, quelques-unes de leurs collaboratrices ont lancé le projet d’enquête « Who Profits from the Occupation ? ». En compagnie de quelques militant(e)s belges, les enquêteurs ont mis en lumière le fait que, via sa filiale en Israël, Dexia finançait des colonies illégales.


Merav Amir : « En divulguant des noms d’entreprises et d’organisations impliquées dans l’occupation, nous espérons influencer l’opinion publique et la politique des entreprises. Notre équipe ne compte que deux personnes, mais nous pouvons faire appel à beaucoup de volontaires. Nous collectons des données, des documents, nous étudions des rapports d’entreprises, etc.

Traduit par: 
Jean-Marie Flémal

Nouvelle affiche contre le financement par Dexia de la colonisation à Jérusalem

Nouvelle affiche contre le financement par Dexia de la colonisation à Jérusalem

A télécharger sans modération

La prochaine assemblée générale du groupe Dexia aura lieu le 12 mai. Si des pas en avant ont été réalisé en plus d'un an de campagne, Dexia reste impliqué dans le financement de la colonisation israélienne.


Le Holding Dexia n'a pas complètement rompu ses liens avec l'occupation israélienne de la Palestine. La direction du groupe continue notamment à accepter la municipalité de Jérusalem comme un partenaire possible. Ils ont d'ailleurs accordé un prêt à cette municipalité en juin 2008.

Docu Vidéo : la Palestine, Israël, les colonies et...Dexia

Docu Vidéo : la Palestine, Israël, les colonies et...Dexia

Un court documentaire sur la colonisation israélienne et les bénéfices qu'en tire la banque Dexia

Pierre Lempereur et Bruno Frère signent ce court reportage dans dans le cadre de la campagne "Palestine occupée, Dexia impliquée"


Depuis 1967, Israël occupe illégalement la Cisjordanie (ainsi que la bande de Gaza). Mais outre l'occupation militaire de ce territoire, l'État Israélien y implante aussi des colonies. Ces villes sont construites sur les terres Palestiniennes, leur villages, leurs champs. Comment ce processus fonctionne-t-il? Et surtout, pourquoi un groupe financier comme Dexia a-t-il trouvé un intérêt financier à investir dans ces colonies? Intal a produit un documentaire d'un petit quart d'heure qui répond à beaucoup de questions.

Dexia Israël, un pas dans la bonne direction?

Dexia Israël, un pas dans la bonne direction?

La campagne « Palestine Occupée, Dexia Impliquée » porte ses fruits

Selon plusieurs journaux et médias israéliens, la banque Dexia aurait annoncé l'arrêt de ses prêts aux colonies israéliennes en Cisjordanie. Rien de bien neuf, le président du Conseil d'Administration de Dexia s.a., Jean-Luc Dehaene, l'avait déjà annoncé lors de l'Assemblée Générale du 13 mai 2009 suite aux pressions éxercées par les activistes de la campagne "Palestine occupée, Dexia impliquée". Par contre...


L'élément nouveau est l'annonce officielle du groupe Dexia faite au publc israélien. « Belgian bank won't lend to settlements » titre l'édition anglophone du Jérusalem Post. « Une banque belge ne prêtera plus aux colonies».(1)

Un militant israélien dénonce les investissements de Dexia

Un militant israélien dénonce les investissements de Dexia

Un reportage de Bruno et Pierre

Bruno et Pierre, deux jeunes journalistes et réalisateurs indépendants, séjournent actuellement en Palestine. Membres d'intal, ils animent un atelier vidéo avec les jeunes du Centre Nidal, antenne du HWC dans la vielle ville de Jérusalem. Outre cet atelier, ils réalisent aussi une série de petits reportages, interview, dont vous pouvez profitez sur notre site.


Le film ci-dessous est est lié à la campagne « Palestine occupée – Dexia Impliquée ». Plus précisément, il s'agit d'un entretient et d'une conférence avec Dalit Baum lors de la conférence qui s'est tenue à Bethlehem le 24 octobre « United in Struggle against Israeli Colonialism, Occupation, and Racism ».

Israel koloniseert - Dexia financiert / Palestine Occupée - Dexia impliqée

Zaterdag, 3 oktober hield het platform 'Israel koloniseert - Dexia financiert' aktie aan 19 Dexia filialen.
Samedi, le 3 octobre, le platforme 'Palestine Occupée - Dexia impliqée' faisait des actions devant 19 filiales de Dexia.