Intal et M3M reçus par les députés européens


Les membres d'intal et de M3M ont été reçus, le 4 décembre 2012, au Parlement Européen par les députés européens belges, Marc Tarabella (Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates) et Isabelle Durant (Groupe des Verts/Alliance libre européenne).


Intal et M3M reçus au Parlement Européen

Les membres d'intal et de M3M ont été reçus, le 4 décembre, au Parlement Européen par les députés européens belges, Marc Tarabella (Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates) et Isabelle Durant (Groupe des Verts/Alliance libre européenne).
 
Ensemble, nous avons discuté de l'impact négatif des accords de libre échange entre l'UE et la Colombie et le Pérou. Ces deux députés européens sont, comme Intal et M3M, contre ces accords mais il faut en convaincre davantage si nous ne voulons pas que cet accord soit ratifié. C'est pourquoi, Intal a déposé auprès de chaque député européen belge les 3300 cartes signées par la population belge montrant leur désaccord face à ce TLC.
 

Non à l'accord de libre échange

Ces accords ne vont bénéficier qu'à une minorité de la population colombienne et péruvienne. Avec l'élimination des barrières douanières, les taxes douanières, qui reviennent au gouvernement, seront éliminées. Ainsi, ce dernier verra ses recettes fiscales diminuées. Il devra donc réduire ses dépenses sociales à commencer par le secteur des soins de santé. Le gouvernement sera donc incité à moins investir dans les soins de santé et à privatiser davantage ce secteur (entrainant des prix plus élevés). De plus, la Commission Européenne entend renforcer les droits de propriété intellectuelle (DPI) à travers le TLC et ce afin de garantir l'implémentation effective de ces droits au profit de tous les détenteurs de brevet. Or, on sait que ces brevets induisent des prix bien plus élevés que la normale. Par exemple, un traitement pour le SIDA avec des médicaments antiretroviraux qui ont un brevet coûtent 12 000$ par an alors que des médicaments génériques sans brevet coutent 420$ par an. Les droits de propriété intellectuelle permettent aux multinationales pharmaceutiques d'affermir leur monopole de production et de commercialisation entrainant alors une augmentation des prix des médicaments. Ces DPI peuvent dès lors entrainer une diminution de l'accès aux médicaments génériques qui sont déjà sur le territoire ou alors retarder l'entrée de nouveaux médicaments génériques sur le marché. Le fossé qui sépare déjà fortement les riches et les pauvres ne fera donc que s'accentuer. En effet, seuls les riches pourront avoir accès aux soins de santé alors qu'il s'agit d'un droit essentiel.
 
De plus, la libéralisation du commerce aura des conséquences négatives sur l'emploi, la sécurité alimentaire, les revenus et donc sur le développement local. Elle ne fera qu'accentuer les inégalités déjà fortement présentes dans ces pays.
 
L'impact sur l'environnement sera également négatif. L'accord favorise les cultures d'exportation et diminue les chances d'une autosuffisance locale. Enfin, cet accord va encourager les injustices locales. Là où l'injustice augmente, les violations des droits humains s'accentuent.
 
La Colombie est le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes et les activistes. Presque 3000 personnes ont été tuées, 50 000 personnes sont portées disparues et 6 millions de personnes ont été déplacées depuis l'année 2000.
 

Avancées dans les négociations

La Commission INTA (Commerce International) du Parlement Européen a donné, le 27 novembre 2012, son avis positif pour recommander la ratification du TLC lors de la séance plénière du Parlement du 11 décembre 2012, par 20 voix en faveur, 4 contre (Groupe de la Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique et les Verts) et une abstention, malgré une dernière tentative, la veille, des organisations des droits de l'Homme, de développement et des syndicats, demandant de s’opposer à la ratification.

Si le parlement, en plénière, se prononce en faveur du TLC ce 11 /12 à Strasbourg, celui-ci entrera directement en vigueur, avant de passer à la ratification par les parlements nationaux et régionaux.

Vous pouvez encore voter contre cet accord via notre site et via fta-eu-latinamerica.org


No votes yet