Rejetez l'accord de libre-échange UE, Colombie, Pérou

Message Preview

From: Votre nom <you@example.com>
To: info@intal.be, rita.bellens@dekamer.be, an.capoen@dekamer.be, peter.deroover@dekamer.be, peter.luykx@dekamer.be, philippe.blanchart@lachambre.be, stephane.crusniere@lachambre.be, gwenaelle.grovonius@lachambre.be, jean-jacques.flahaux@lachambre.be, kattrin.jadin@lachambre.be, richard.miller@lachambre.be, sarah.claerhout@dekamer.be, els.vanhoof@dekamer.be, nele.lijnen@dekamer.be, tim.vandenput@dekamer.be, wouter.de.vriendt@dekamer.be, dirk.vandermaelen@dekamer.be, georges.dallemagne@lachambre.be
Subject: Rejetez l'accord de libre-échange UE, Colombie, Pérou


Cher.e parlementaire,

Le mardi 20 Octobre a été discuté à la Commission des Relations Extérieures un projet de loi portant sur l'approbation de l'accord commercial entre l'Union européenne et ses États membres, d'une part, et la Colombie et le Pérou, d'autre part. Vous devrez bientôt vous prononcer de nouveau sur ce projet de loi de nouveau au sein de la Commission et après en séance plénière. (Document parlementaire 54K1271).

Nous vous demandons, tout comme 500 organisations européennes et latino-américaines (1), de rejeter ce projet de loi. Il y a quelques temps, nous avons remis aux euro-parlementaires les pétitions de 3300 Belges s'étant prononcé contre cet accord.

Nous craignons que la libéralisation de l’accès aux ressources naturelles et aux secteurs stratégiques empêche, pour ces pays, les possibilités de construire un développement durable et équitable.

* Premièrement, cet accord menace l'économie locale des pays. Les producteurs colombiens et péruviens ne pourront pas concurrencer les producteurs européens subventionnés. Dans le secteur laitier en Colombie par exemple, 380.000 agriculteurs risquent de perdre leurs revenus.

* Deuxièmement, cet accord va entraîner la privatisation du secteur de la santé. Les brevets des médicaments passeront à 25 ans au lieu de 20 ans, ce qui est cinq ans de plus que la norme fixée par l'OMS. De cette manière, l’industrie pharmaceutique européenne étant en condition de monopole pourra imposer un prix fort. Plus de 4 millions de Colombiens risquent de ne plus avoir accès aux médicaments. Nous considérons que la santé est un droit, pas une marchandise.

* Troisièmement, cet accord a un impact considérable sur l'environnement. Il favorise les cultures d'exportation et diminue les chances d'atteindre la souveraineté alimentaire. Beaucoup de conflits sociaux dans les deux pays sont liés à l'exploitation des ressources naturelles.

* La Colombie est un des pays le plus dangereux pour les activistes et les défenseurs des droits de l'Homme. 60 % des syndicalistes assassinés dans le monde le sont en Colombie. Les mouvements sociaux ne sont pas protégés. Néanmoins le discours du président Santos, la répression contre des activistes et l'impunité continuent. Qui plus est, plusieurs multinationales qui bénéficieront de cet accord, sont impliquées dans des conflits et des violations de droits de l’Homme. Des accords comme celui-ci vont encourager les injustices sociales.

NOUS VOUS DEMANDONS DE REJETER CET ACCORD.

(1) Les 500 Organisations et mouvements regroupent des mouvements paysans, des syndicats, des organisations des peuples autochtones, des militants des droits de l'homme des deux pays latino-américains, la Confédération syndicale internationale; en Europe, nous parlons de la Confédération européenne des syndicats, les trois syndicats belges, les organisations faîtières des ONG 11.11.11 et CNCD et leurs organisations membres ainsi que diverses organisations sociales. Plus d'info sur www.intal.be


Votre nom
Votre Organisation

12345, Votre Commune, Votre Province
p.s.
Votre message personnel
Votre message personnel sera annexé à votre envoi.