RD Congo

Nouvelle vidéo : Des artistes et des citoyens s'engagent pour la place Lumumba

Nouvelle vidéo : Des artistes et des citoyens s'engagent pour la place Lumumba


Le groupe Intal Congo a réalisé une vidéo pour promouvoir la pétition pour la reconnaissance d'une place Lumumba à Ixelles. Celle-ci est diffusée à l'occasion des 55 ans de la mort de Patrice Emery Lumumba, premier ministre du Congo.

Vous pouvez retrouvez la vidéo ici

https://youtu.be/xPONsWgYP2U

 

RD CONGO : Epilogue : Un accord entre Congolais (III)

RD CONGO : Epilogue : Un accord entre Congolais (III)

Tony Busselen, 1er janvier 2017


4 questions pour en saisir l'ensemble.

Cet article est la suite de RD Congo : Accord politique sous tension : La dynamique congolaise (I) et de RD Congo : Accord politique sous tension, des ingérences qui font obstacles (II)

RD Congo : Accord politique sous tension, des ingérences qui font obstacles (II)

RD Congo : Accord politique sous tension, des ingérences qui font obstacles (II)

Par Tony Busselen

L'accord au Congo sera réalisé entre congolais sans supervision d'un autre pays. Pourtant les pays occidentaux tentent sans cesse d'intervenir en fonction de leur intérêt. C’est la plus grande menace pour la réussite d’un tel accord.


Dans un précédent article, nous avons abordé la question de l’accord de noël « conclut pour 95% » et la dynamique actuelle au Congo.

RD Congo : Accord politique sous tension : La dynamique congolaise (I)

RD Congo : Accord politique sous tension : La dynamique congolaise (I)

Par Tony Busselen, mercredi 28 décembre 12h30

Depuis janvier 2015 trois manifestations ont été réprimées chaque fois avec des dizaines de morts comme résultat. Un accord politique, « conclut à 95% » le 24 décembre dernier, devrait garantir des élections dans une atmosphère sereine. Mais le processus démocratique reste menacé. Explication sur la dynamique politique actuelle au Congo. Sur le site web vous trouvez aussi un deuxième article sur les ingérences extérieures.


L’accord politique conclut le 24 décembre contient 5 points importants.

M. Reynders, la Belgique ne doit pas prendre parti dans les affaires du Congo

M. Reynders, la Belgique ne doit pas prendre parti dans les affaires du Congo

Lettre ouverte à Didier Reynders, vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères de Belgique

Le Congo traverse actuellement une période de turbulences. Le comportement qui s'impose est la prudence. Mais nos milieux dirigeants semblent avoir "choisi leur camp", au bénéfice de l'opposition. Est-ce vraiment dans l'intérêt de la RDC ? Intal-Congo se permet d'en douter et adresse à Didier Reynders cette lettre ouverte dans laquelle il lui rappelle certains principes de base, parmi lesquels la non-ingérence.


Monsieur Reynders,

Lors de votre interview du dimanche 30 octobre sur la chaine francophone RTL, vous avez déclaré à propos de la situation démocratique en République Démocratique du Congo : “Il faut bien se rendre compte que c'est d'abord un débat entre Congolais. Certains chez nous oublient parfois que le Congo a plus de 50 ans d'indépendance (1)".

Epreuve de forces à Kinshasa

Epreuve de forces à Kinshasa

Reportage photos et analyse par Billy Mwangaza et Dieudonné Kasimba

Fin juillet et début de ce mois d’août, Kinshasa a été le théâtre d’une épreuve de forces remarquable. Nous venons de recevoir ce reportage-photos et analyse de la part de nos correspondants à Kinshasa.

Réalisé par Billy Mwangaza et Dieudonné Kasimba, mercredi 3 août


Fin juillet et début de ce mois d’août, Kinshasa a été le théâtre d’une épreuve de forces remarquable.

  • Le mercredi 27 juillet il y avait l’arrivée de Tshisekedi qui rentrait au pays après un séjour de deux années en Belgique.

Le Congo et les jeux dangereux de l’Occident

Le Congo et les jeux dangereux de l’Occident

56 ans après son accession au statut de nation souveraine, le Congo demeure l’objet de bien des convoitises. Il faut dire qu’il regorge de matières premières.
La Belgique, comme d'autres puissances occidentales, ont une stratégie en RDC. Ainsi, certains parlementaires de la majorité réclament la tenue des élections cette année et le départ de Kabila. Ils envisagent même des sanctions ciblées contre certains dirigeants.


 Ce 30 juin, il y aura 56 ans que le Congo obtenait par la lutte son indépendance. Et malgré cette accession au statut de nation souveraine, il est demeuré l’objet des convoitises. Durant la période 1960-65, dans le contexte de l’affrontement Est-Ouest, il a été victime de ce que le leader anticolonialiste Antoine Gizenga a appelé une « guerre de reconquête coloniale » menée par l’Occident.

Le Congo et les jeux dangereux de l’Occident

Le Congo et les jeux dangereux de l’Occident

56 ans après son accession au statut de nation souveraine, le Congo demeure l’objet de bien des convoitises. Il faut dire qu’il regorge de matières premières.
La Belgique, comme d'autres puissances occidentales, ont une stratégie en RDC. Ainsi, certains parlementaires de la majorité réclament la tenue des élections cette année et le départ de Kabila. Ils envisagent même des sanctions ciblées contre certains dirigeants.


Actuellement au Congo, un débat se déroule sur la tenue ou non d’élections en cette année 2016. Ce débat est complexe et amène avec lui d’autres questions, comme celle de l’organisation d’un nouveau recensement de la population. Mais les chancelleries occidentales ont déjà tranché : les élections doivent avoir lieu cette année et Joseph Kabila doit partir.

Un autre aspect de l’histoire coloniale : la lourde contribution du Congo à l’effort de guerre allié (1940-45)

Dans la suite du combat pour une place Lumumba, intal défend la nécessité d’une autre vision du passé colonial belge. Cela implique inévitablement une mise en évidence des aspects sombres et souvent inavoués de celui-ci.