On tue à Gaza, on tue en Palestine. Le commerce des armes entre la Belgique et Israël: ça suffit !

Un dossier sera prochainement disponible, de nouvelles actions suivront


Des filiales israéliennes d’entreprises d’armement produisent leurs marchandises en Belgique, d’où elles exportent vers le marché européen et méditerranéen. Notre territoire est donc une source d’alimentation pour cet outil militaro-industriel, rendant possible et concret l’occupation de la Palestine, l’enfermement, la répression et le massacre de sa population.


Des entreprises israéliennes d'armement sur le sol belge

Nous pointons au moins trois entreprises produisant des armes ou du matériel d'armement, filiales possédées à 100% par multinationales israéliennes de l'armement Elbit et AIA . Si vou voulez en savoir plus sur l’utilisation répressive des armes produites par Elbit dans les territoires palestiniens occupés, consultez ce rapport de Stop the Wall.
• OIP Sensor System,
• Sabiex SABIEX INTERNATIONAL SA
• BATS Belgian Advanced Technology Systems. Homeland Security Solutions / Liège

Exportation d'armes vers Israël

Mais ce n’est pas tout. Malgré déclaration contre ce commerce, évoqués par les autorités régionales de notre royaume après l’agression israélienne contre Gaza en 2009, la Belgique exporte toujours des armées vers Israël. Les transactions sont reprises dans les différents rapports régionaux : ceux de 2009, de 2010, et même ceux du premiers semestre 2011.
Quels sont les compagnies qui exportent ? Qui sont leurs clients ? Ces informations ne sont pas révélées au public. Les tableaux des rapports ne laissent toutes fois planer aucun doute, notre pays a accordé pour plusieurs dizaines de million d’euros de licence d’exportation d’armes vers Israël.
D’autres faits inacceptables concernant la collaboration militaire et de l’armement (au niveau de la recherche notamment) ont été mis en lumière cette dernière année par des associations belges et des instituts de recherches.

Un dossier et des actions

Avec Vrede vzw et la collaboration de Vredesactie et d’autre mouvements, intal co-publiera dans quelques semaines un dossier sur le commerce des armes entre la Belgique et Israël. Les cas observés sont suffisamment éclaires pour que nous puissions agir. Durant les mois à venir, nous voudrions mobiliser notre mouvement aux côtés de ceux qui, depuis des années déjà, agissent contre ces transactions sanglantes.

Le dossier sortira début avril et sera disponible sur le site web d’intal, avec plus d’info sur les actions et les campagnes à venir !