Journée de formation intal : Gaza à feu et à sang


(Photos: Eduardo Cereceda)

Le conflit israélo-palestinien défraie à nouveau la chronique. Après la guerre à Gaza, tout le monde s'interroge sur l'avenir du processus de paix et sur ce qui peut être fait en Europe. Pour répondre à ces questions, intal a organisé ce samedi 21 février une journée de formation donnée dans les deux langues nationales.


Si la guerre à Gaza et le résultat des dernières élections israéliennes ont renforcé la solidarité à l'égard de la Palestine, elles suscitent aussi beaucoup de questions. Pourquoi l'opération "Plomb durçi" a-t-elle eu lieu? Comment la situation va-t-elle évoluer dans les mois à venir? Que reste-il du processus de paix? Quelles perspectives s'offrent aux Palestiniens? Comment pouvons-nous en tant qu’Européens apporter notre contribution au réglement équitable de ce conflit?

Pour répondre à ces questions, intal a organisé ce 21 février une grande journée de formation.

Après un mot de bienvenue, Mario et Madeleine nous ont présenté le programme et les campagnes organisées par intal en soutien à la Palestine. Ensuite, nous sommes entrès dans le vif du sujet avec  le témoignage poignant du docteur Najib Ramzi. Présent dans la bande de Gaza au plus fort de l'offensive israélienne, il a travaillé à l’hôpital de Shifa. Dans le plus grand silence, nous avons écouté le récit de son séjour et des horreurs auxquelles il a été confronté. L'histoire d'hommes et de femmes blessés, amputés de leurs membres par les bombes israéliennes. Soudain, le visage de la guerre nous est apparu dans toute sa cruauté.

La journée s'est poursuivie par deux conférences. L'avocat Jan Fermon a fait un exposé intitulé : "Gaza et le droit international". Pour ma part, j'ai suivi la conférence "Gaza en het zionisme" donnée par Lucas Catherine.
 
Après un bref aperçu historique, notre orateur a commenté les événements récents à Gaza. Pour illustrer ses propos, il a évoqué de nombreux exemples peu connus du grand public : l’histoire des oranges de Jaffa, du Keffieh en tant que symbole de la cause palestinienne et les mensonges propagés par les sionistes sur la guerre de 48. Tous ces exemples sont repris dans son dernier livre,  "Gaza, geschiedenis van de Palestijnse tragedie". Le livre n'est disponible qu'en néerlandais. Les fruits de sa vente seront intégralement reversés à l'Union des Health Work Committees, le partenaire d'intal à Gaza. Lucas Catherine a terminé son brillant exposé en s'adressant à toutes les personnes qui se sentent concernées par la tragèdie palestinienne : "La meilleure façon de mettre Israël sous pression est de boycotter cet Etat, alors boycottez, boycottez, boycottez!".
 
Après cette intense matinée, c'est avec plaisir que nous avons accueilli la pause déjeuner. Alors que nous mangions nos tartines, nous avons eu l'occasion de nouer de nouveaux contacts. Certains ont profité de cet intermède pour visiter le stand d'intal et acquérir le nouveau sweat-shirt "Globalize the solidarity".

L'après-midi s’est ouverte sur un choix d’activités. De nombreux participants ont assisté à la projection du film "Avec un seul poumon" co-produit par intal et le Setca. Moi, j'ai participé au workshop centré sur la campagne "Palestine occupée – Dexia impliquée". Par le biais d’un jeu de rôles, nous avons tenté d'affiner nos arguments pour contrer les positions de Dexia et forcer la banque à stopper ces investissements dans les colonies israéliennes. Cet exercice a suscité d'intéressantes quoique hilarantes discussions. Pour certains participants, assumer le rôle d’un manager ou d’un sioniste, s'est révélé particulièrement difficile. D'autres, par contre se sont glissés dans la peau de ces personnages avec plus d'aisance. Finalement, s'intéresser aux raisonnements de nos opposants pour mieux y répondre est un exercice des plus instructif. Pour clôturer cette partie de la journée, les groupes locaux d’intal à Anvers et à Bruxelles ont présenté leurs actions en faveur de la campagne Dexia. Quant à Joaquin, il nous a précisé le point de vue d’intal sur ce sujet.
 
Après une courte pause, Antonio Garcia, un représentant de l’ambassade du Venezuela en Belgique a présenté la position de son pays vis-à-vis de la Palestine. Le débat qui a suivi cette allocution a été des plus passionnant. Antonio Garcia a répondu magistralement à toutes les questions mêmes au plus embarrassantes d'entre elles. Il a témoigné de la solidarité des Vénézueliens à l'égard de la population palestinienne. Il a aussi commenté les résultats du dernier référendum organisé par Hugo Chavez (qui lui permet de se présenter autant de fois qu'il le souhaite à la présidence). Dans la foulée, nous avons parlé de la structure éthatique du Venezuela, de la révolution en cours en Bolivie et de l’influence cubaine sur ces pays. En disant que cet exposé était très instructif, je pense rendre compte de l'opinion de nombreux participants. Non seulement, Antonio Garcia a évoqué la Palestine mais il nous a fait découvrir une autre réalité, celle de son pays.

Ensuite, Mario nous a encouragé à participer aux prochains 20 km de Bruxelles. L'ONG proche d'intal, Médecine pour le Tiers Monde cherche toujours de nouvelles recrues pour relever ce beau défi sportif et récolter des fonds au profit de ses partenaires dans le Sud. Avant de nous quitter, nous avons dégusté une délicieuse soupe fraîche et une pizza.

Un grand merci aux organisateurs de cette journée très instructive!

 

 

POUR LA PALESTINE

  TOUS DES PALESTINIENS     blanc  vert   noir   rouge