Global Health Watch 3, un autre regard sur la santé


Le rapport alternatif mondial global Global Health Watch est une publication triannuelle à laquelle participent des activistes et académiciens du monde entier. Le mérite du rapport est qu’il livre une analyse critique de la gestion politique et des processus ainsi que des rapports de force qui ont un impact sur notre santé. De plus le rapport présente également des alternatives avec des exemples d’action et de contestation en vue d’un changement.


 Contrairement à ce que la dénomination du rapport peut laissé sous-entendre, ‘’Global Health Watch’’ n’est pas la uniquement pour constater ce qui se passe dans le secteur de la santé. Bien au contraire, seulement un des cinq chapitres est consacré aux systèmes de santé.
Dans ces temps de crise, où l’on s’attaque à saper sérieusement dans les secteurs sociaux, il n’est pas étonnant que le premier chapitre dans le rapport mondial de la santé traite de politiques mondiales et de l’architecture économique. L’on y fait le lien entres les différentes crises avec lesquelles nous sommes confrontées actuellement. Ces crises sont d’autant de crises aigues (crise du pétrole, de l’alimentation, financière), mais aussi insidieuses (crise du climat, crise du développement). Aigues ou insidieuses, aucune de ces crises n’est temporaire, comme le mentionne le rapport, mais elles soulignent bien la raison fondamentale de la défaite du système capitaliste. Cette défaite se manifeste par la différence accrue au niveau des inégalités économiques dû au rôle dominant du capitalisme financier et à une politique mondiale non démocratiques. Afin de pouvoir réaliser des objectifs sociaux pour la santé et l’enseignement pour tous, pour éradiquer la pauvreté et dans le même temps s’attaquer au changement climatique, le système économique mondial doit être ré approuvé et à nouveau signé ce que conclut le rapport.
Egalement les systèmes de soins de santé sont dans le collimateur de la politique néolibérale qui a menée à ces multiples crises. Privatisation des systèmes de santé et une enquête dirigée principalement sur le profit ont pour résultat que de moins en moins de personnes ont accès aux soins de santé et aux médicaments. Une approche biomédicale de la santé qui ne tient pas compte avec les déterminants sociaux et économiques de la santé, néglige les causes structurelles des problèmes de santé tels que les inégalités ou la marginalisation de communautés entières.

Dans le dernier chapitre 'Beyond health care' au delà des soins de santé, on examine l’impact de la mondialisation du commerce sur la santé. Un de ces aspects en est le fanatisme avec lequel principalement les EU et la communauté Européenne essaient de soudoyer des droit de propriétés lors d’accords de libre échange avec les pays en voie de développement et ainsi obtenir le monopole pour pouvoir maintenir la hausse des prix des médicaments et entraver la production des médicaments génériques. Egalement l’injustice sociale dans leur approche du changement climatique est à l’ordre du jour. Lorsque l’on veut relier cette problématique à la surpopulation par exemple l’attention est habillement détournée des vraies causes que sont la surproduction et la surconsommation des élites mondiales. 

L’emprise grandissante de l’industrie pharmaceutique sur l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est expliquée dans le quatrième chapitre. Egalement le démantèlement de la solidarité internationale menace l’indépendance de l’organisation des NU. Les Gouvernements des pays riches donnent de plus en plus la préférence à subsidier des programmes spécifiques qui favorisent leurs industries propres contrairement à un budget libéral d’aide à l’OMS. Aussi la montée du ‘capitalisme philanthropique’ y trouve son compte. Ainsi le fonctionnement et les priorités de la ‘Bill and Melinda Gates Foundation’ est passé à la loupe afin d’examiner comment les investissements philanthropiques peuvent avoir un effet contraire sur la politique de santé.
Le rapport contient non seulement des problèmes et des plaintes mais mets également en exergue des alternatives et des exemples de différentes inspirations. La ‘ 'Right to Health' campagne de People's Health Movement’, l’une des forces actives en est par delà le rapport un bon exemple. Egalement le rôle inspirateur de Cuba dans la promotion de la solidarité internationale démontre qu’il y a une autre voie. Et ces exemples sont plus que jamais d’actualité.

Le rapport complet est disponible sur www.ghwatch.org