Des travailleurs de la santé philippins prisonniers entament une grève de la faim

Signez la nouvelle pétition pour leur libération tout de suite!


Il y a plus de 6 mois, 43 travailleurs de la santé ont été injustement arrêtés. Parmi eux, deux femmes enceintes. Judilyn Oliveros, qui entretemps a accouché d’un petit garçon, était reconduite trois semaines après son accouchement à la prison avec son bébé. Après d'intenses protestations de ses co-détenus, de leur famille et de sympathisants, Judilyn a reçu trois mois de « congé d'allaitement ». Une petite victoire... largement insuffisante !


Exigez la libération inconditionnelle de Judilyn Oliveros et Mercy Castro, qui arrive à la fin de sa grossesse en octobre. Exigez également la libération des 41 autres prisonniers travailleurs de la santé. Participez ici à la pétition en ligne !

 

Malgré une pétition qui visait à faire sortir Judilyn et son fils de prison pour des raisons humanitaires, la mère et l’enfant ont été emmenés 3 semaines après l’accouchement vers le centre de détention « Camp Bagong Diwa ». Le 25 août, le tribunal a tout de même accordé à Judylin de pouvoir rester à l'hôpital pour une période de trois mois, le temps d'allaiter son enfant. Après cette période, la maman et son bébé seront à nouveau reconduit en prison !

Il persiste le risque que Mercedes Castro, qui arrive à la fin de sa grossesse en octobre, subisse le même traitement inhumain. Davantages de campagnes sont nécessaires.

Bien qu'aucun plan ne se dessine dans l'affaire des « Morong 43 », l'alliance des militants « Free the 43 Health Workers! » est soulagée par la décision du tribunal qui a pris l'avantage de Judylin et son bébé. Ils voient cela comme le résultat d'une pression continue que les prisonniers, leur famille et les sympathisants exercent pour la libération des 43 Morong.

En signe de protestation contre le traitement de Judilyn, les « Morong 43 » ont entamé le 21 août une grève de la faim. Le Dr. Merry Mia-Clamor (collaboratrice du Council for Health and Development et également prisonnière) interpelle le président nouvellement élu Aquino dans une lettre ouverte pour obtenir un traitement humain et la libération de tous les prisonniers politiques aux Philippines. Ci-après son interpellation:

“Nous, les 43 travailleurs de la santé (Morong 43) sommes en grève de la faim depuis le 21 août. Nous condamnons l’atteinte grave et continuelle à nos droits ainsi que l’échec de la justice dans cette affaire. Nous protestons contre les décisions inhumaines et injustes de la justice qui ont reconduit Judilyn Oliveros et son bébé en prison. .

Nous avons été arrêtés le 6 février 2010 pendant une formation pour les « community health workers ». L’arrestation était basée sur un faux ordre de perquisition du domicile.
Après notre arrestation, nous avons été ligotés, nos yeux bandés et soumis à des sévices physiques et moraux. Nous avons été soumis à de longues tortures ainsi qu’à un enfermement isolé. Après notre arrestation et 36 heures de torture, tous les avis juridiques nous ont été refusés. Nous sommes maintenant prisonniers depuis 7 mois.
Dernièrement, la justice a refusé de répondre à la demande de libération de Judilyn et de son bébé. Cette décision est tout à fait inhumaine. Les conditions dans la prison sont très dures pour une mère et son enfant. Nous sommes entassés à 23 femmes dans une cellule, mais risquons également d’attraper des maladies contagieuses, dont la tuberculose, qui est une plaie ici. Des gros rats ont également déjà mordu certaines femmes.

Nous exigeons la libération immédiate de Judilyn et de son bébé. Nous demandons au Président Benigno Simeon Aquino III de suivre l’exemple de sa mère, Corazon Aquino, l’ancienne présidente, et de libérer tous les prisonniers politiques en considérant ceci comme une preuve de « démocratie et de bonnes intentions ».
Vous pouvez lire ici la lettre destinée au président Aquino III