Chronologie de la campagne "Palestine occupée - Dexia impliquée"

UPDATE 5 DECEMBRE 2012


L'objectif de cette chronologie est de vous donner un aperçu des principaux résultats engrangés par la campagne "Palestine occupée – Dexia impliquée". Elle est régulièrement actualisée.


Voir aussi l'article qui explique le pourquoi de cette campagne.

Si vous organisez des actions pour soutenir cette campagne, n’hésitez pas à nous le dire et à faire part de vos résultats à Mario.

8 mai 2013 : Assemblée Générale de Dexia

21 décembre 2012 : 4 activistes de la campagne « Palestine occupée-Dexia impliquée » étaient présents à l'Assemblée Générale extraordinaire de Dexia. Avant la réunion, une « contre AG » symbolique a été organisée. Pendant les discussions de l'AG, d'autres actionnaires ont également attiré l'attention sur le fait que le financement des colonies israéliennes dans les territoires occupés palestiniens continuait.

5 décembre 2012 : Le CADTM rejoint la plate-forme. Pour l’instant, 85 organisations soutiennent la plate-forme « Palestine occupée – Dexia impliquée ». 44 communes et les provinces de Namur et Hainaut ont voté une motion.

30 novembre 2012 : L'assemblée Générale de Dexia est annoncé pour le 21 décembre 2012.

25 octobre 2012 : A New York, Richard Falk, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, a déclaré que Dexia SA est une des sociétés qui profite de l’occupation de la Palestine. Dans ses recommandations, il appelle la société civile à boycotter des sociétés comme Dexia SA.

10 octobre 2012 : Dexia SA annonce que M. Karel De Boeck est nommé à partir de ce jour président du comité de direction de Dexia SA et de Dexia Crédit Local. Ainsi,il aura directement accès à Dexia Israël qui est contrôlé par Dexia Crédit Local à hauteur de 65%.

31 juillet 2012 : L’association France Palestine Solidarité Nord-Pas de Calais Lille (AFPS) publie un communiqué de presse concernant le financement des colonies israéliennes dans les territoires occupés palestiniens par Dexia Israël. Dans leur communiqué de presse, il est clairement indiqué que Pierre Moscovici, Ministre français des Finances, ainsi que son prédécesseur et toute la direction de Dexia ne font que peu de cas du droit international.

9 mai 2012 : Pour la quatrième fois de suite, la plate-forme "Palestine occupée-Dexia impliquée" assiste à l’assemblée générale de Dexia SA. Le président Dehaene a déclaré que Dexia voulait effectivement se défaire de Dexia Israël mais que la Banque Nationale Israélienne leur mettait des bâtons dans les roues. Ceci correspond à diverses déclarations que nous avions entendues mais il n’empêche que Dexia continue de financer l’occupation.

2 avril 2012 : Dans l'article "The Makings of a Center-Left Alliance For Israeli Settlement Boycotts?" qui se trouve sur le site http://www.tikkun.org, la campagne Dexia est citée comme exemple de campagne qui a réussi à mobiliser une large plate-forme contre la colonisation de la Palestine occupée.

11 janvier 2012 : La campagne contre Dexia a été utilisée comme exemple d'une bonne campagne BDS dans le tout juste sorti « Targeting Israeli Apartheid: a Boycott, Divestment and Sanctions Handbook ». Le « Corporate Watch » anglais mentionne que notre campagne peut s'adapter également pour les banques anglaises telles que Barclays et HSBC. Le manuel est consultable en ligne.

9 janvier 2012: Lors une réunion de la Commission Extraordinaire Dexia, chargée d'enquêter sur les circonstances qui ont mené au démantèlement de la banque, les représentants des syndicats ont été entendus. Luigi Franco (FGTB - Setca) a parlé lors de cette commission de Dexia Israël comme un exemple d'investissement problématique. Il nous en a fait part personnellement.

13 décembre 2011 : Le Ministre-Président bruxellois Charles Piqué répond également à notre lettre. Il nous fait savoir que la Région bruxelloise ne représente qu'une petite participation au sein du groupe Dexia, mais qu'ils continueront à soutenir la cession de Dexia Israël.

5 décembre 2011 : le Ministre-Président de la région flamande Kris Peeters répond à notre première lettre. Il nous fait savoir que la participation de la région, comme petit actionnaire (ne permet tout au plus qu’un suivi) ne donne que très peu de pouvoir, mais ils vont demander de mettre ce point à l‘ordre du jour de la prochaine assemblée générale.

24 novembre 2011 : BNP Parisbas ferme sa filiale en Israël à cause de la crise en Grèce d'après BNP Parisbas, à cause de la pression exercée par des activistes d'après Israël. Dexia va-t-elle suivre l'exemple?

27 octobre 2011 : La plate-forme envoie une lettre à Steven Vanackere (pour la Belgique), Kris Peeters (Flandre), Charles Piqué (Bruxelles) et Rudy Demotte (Wallonie). En tant que représentants des régions, ils sont encore toujours actionnaires du groupe Dexia, et puisque Dexia-Israël fait toujours partie de ce groupe, ils sont donc concernés.

14 octobre 2011 : Le reportage de « Terzake » (programme quotidien de la chaine Canvas) montre un grand intérêt pour les activités de Dexia en Israël. Le programme « Nieuwe Feiten » (faits nouveaux) diffuse le jour suivant l’interview de Mario Franssen, porte-parole de la plate-forme « Palestine occupée-Dexia impliquée ».

13 octobre 2011: A partir d’un communiqué de presse que la plate-forme a envoyé concernant Dexia-Israël et le démantèlement du groupe Dexia, Terzake a fait un reportage TV. En marge de la division du groupe nous avons également appris que Jean-Luc Dehaene ment depuis plus d’un an concernant le financement par Dexia Israel. Dans l’article « Dexia Israël n'est pas encore vendue, mais fait partie de la « bad bank » et bénéficie donc d'une garantie de l'État ! - De nouveaux mensonges de Jean-Luc Dehaene mis à jour », tout est expliqué de manière détaillée.

10 octobre 2011: Après quelques semaines chahutées, il est décidé de diviser le Groupe Dexia en trois entités : l’état belge et français achètent chacun une partie des activités et une « bad bank » est érigée pour tous les crédits à risques. Pour cette dernière entité, l’état belge se porte garant pour un montant pouvant aller jusqu'à 54 milliards d’euros. Actuellement, nous ne savons pas dans quelle entité Dexia Israël va aboutir, mais il est certain que la branche belge (donc toutes les agences) n’a plus rien à voir avec cette filiale israélienne. Par conséquent l’action du 15 octobre est suspendue.

14 septembre: La plate-forme « Palestine occupée - Dexia impliquée » envoie à la direction de Dexia les preuves de crédits récents à la compagnie israélienne d’épuration d’eau dans les territoires occupés. Ce sujet a déjà été le sujet d’une intervention lors de l'Assemblée Générale du 11 mai.

13 septembre 2011: Express.be mentionne un nouveau rapprochement entre Dexia Israël et Bank of Jerusalem. Le même jour, The Marker (journal israélien) publie un article sur Dexia Israël ; à coté de Bank of Jerusalem, un autre parti entre en jeu : Mizrahi Tefahot Bank. Celui-ci serait intéressé par une reprise complète des activités de Dexia Israël, au contraire de Bank of Jerusalem, qui choisit une coopération. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

1er septembre 2011: Dexia Israël décline l’offre de Bank of Jerusalem. Contrairement aux déclarations de Jean-Luc Dehaene durant l’AG du 11 mai, la vente de Dexia Israel reste à la traîne même après l’été.

25 août 2011: La campagne « Palestine occupée - Dexia impliquée » est nominée pour le prix « Pris Solidaire 2011 ». Ce prix est attribué à une personne ou une organisation qui a mené une action remarquable en faveur de la solidarité.

19 juillet 2011 : La campagne « Palestine occupée – Dexia impliquée » reçoit toujours plus de soutien. Les communes de Bierbeek et Kapellen ont voté une motion. Pour l’instant, 83 organisations soutiennent la plate-forme « Palestine occupée – Dexia impliquée ». 44 communes et les provinces de Namur et Hainaut ont voté une motion.

18 juillet 2011 : Dans le journal israélien « the marker » (le journal financier de « Haaretz »), un long article parait sur la campagne BDS contre Israël. La campagne Dexia y est largement discutée dans un article qui a comme titre : מלחמה כלכלית: כך יביס חרם הצרכנים העולמי את ישראל

12 juillet 2011 : La campagne Dexia est mentionnée dans l'article « De boycotbeweging tegen Israëlische Apartheid » (le mouvement de boycott contre l'apartheid israélien) de Sonja Zimmermann. Il est à remarquer que de plus en plus de gens mentionnent l'apartheid lorsqu'ils parlent d'Israël.

24 juin 2011 : Dans le journal égyptien « Al-Ahram-weekly on-line », Eric Walberg écrit un article intitulé « Fighting apartheid on land and sea » (combattre l'apartheid sur terre et sur mer). Il parle de l'initiative mondiale de Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS), en ce y compris la campagne Dexia, à la veille du départ de la flottille « Freedom Flotilla 2 ».

19 juin 2011 : Les 41 membres du personnel de Dexia-Israël ont porté plainte auprès du syndicat israélien Histadrut parce qu'ils n'ont pas été consultés lors de la vente de la branche israélienne et parce qu'ils n'ont reçu aucune garantie de garder leurs emplois.

7 juin 2011 : Dexia envoie une réponse à la commune de Kapellen en réponse à la motion votée le 26 avril par Kapellen. Dexia répète ce qu'elle a dit lors de l'Assemblée Générale du 11 mai avec la différence qu'elle ne parle plus d'une vente pour l'été mais "dans les prochains mois".

30 mai 2011 : « Bank of Jerusalem » fait une offre de 515 millions de shekels (103 millions d'euros) pour le rachat de Dexia-Israël. Cette offre est en dessous de l'estimation de Dexia, qui espère 120 millions d'euros. Il est également suggérer que 25% du montant soit converti en actions, ce faisant Dexia resterait impliqué dans le financement des colonies israéliennes. (De Morgen, Reuters, Globes, Express.be)

14 mai 2011 : Malgré la fermeture « exceptionnelle » de l’agence à Saint-Josse-Ten-Noode, une dizaine d’activistes ont clôturé leur compte chez Dexia-Etterbeek à la demande d'intal. Quelques sites de nouvelles ont diffusé l’événement (Brusselnieuws.be - Financesjournal.com)

11 mai 2011 : Durant l’Assemblée Générale, 32 activistes de la plate-forme « Palestine occupée-Dexia impliquée » ont posé des questions critiques aux membres du conseil de direction. Après une bonne heure et demie, Jean-Luc Dehaene a répondu que Dexia Israël sera vendue avant l’été, probablement à perte. Il a également suggéré que la fondation Dexia pourrait allouer des subsides à des ONG palestiniennes. Le compte-rendu complet avec des photos, les questions posées et des liens vers la presse peuvent être trouvés à cette adresse.

10 mai 2011 : Intal interviewe Inna Michaeli, une activiste israélienne et collaboratrice de « Who Profits From The Occupation ». Elle va également assister à l’AG de Dexia et poser quelques questions critiques.

10 mai 2011 : Le Soir publie le raisonnement du professeur Eric David qui conclut que Dexia pourrait être accusée de blanchiment d’argent et de crime de guerre. Il va exposer ces mêmes conclusions à l’AG le 11 mai.

8 mai 2011 : La commune de Bierbeek vote une motion demandant à Dexia de mettre fin au financement des colonies. C'est la commune nr. 43!

7 mai 2011 : De Tijd anticipe l’action durant l’AG du 11 mai.

4 mai 2011 : Comme réponse à la question de Dirk Van der Maelen, le Vice-Premier et Ministre des Finances fait savoir qu’il avait depuis longtemps défendu la vente de Dexia Israël au sein du conseil de direction de Dexia. Lisez ici la question de Dirk Van der Maelen et la réponse de Didier Reynders.

2 mai 2011 : Au Parlement bruxellois, Dexia est mis à l’ordre du jour. Les députés Elke Van den Brandt (Groen!) et Fouad Ahidar (sp.a) interpellent le Ministre Vanraes concernant les prêts de Dexia Israël aux colonies et demandent s’il va envoyer un représentant à l’assemblée générale le 11 mai. Le Ministre Vanraes répond qu’il a prévu d’envoyer son chef de cabinet pour poser des questions critiques et de suggérer la fermeture de la division israélienne.

26 avril 2011 : La commune de Kapellen est la 44ème commune qui a voté une motion adressée à la direction de Dexia.

26 avril 2011 : Au Parlement flamand, la pression est mise sur Dexia. Lors de la séance de la Commission des affaires étrangères, des questions européennes et de la coopération internationale, le Ministre-Président Kris Peeters est interrogé par les parlementaires Jan Roegiers (sp.a) et Mattias Diependaele (N-VA) sur les activités de Dexia en Israël. Peeters ne peut donner de nouvelles informations sur la situation et dit qu’il va envoyer un représentant du gouvernement flamand à l’assemblée générale du 11 mai.

26 avril 2011 : Suivant la province de Namur, la province du Hainaut, sur demande de Serge Hustache (PS) a voté une motion demandant à Dexia d’arrêter toute activité contraire au droit international et aux résolutions de l’ONU. Cette motion à été approuvée à l’unanimité aussi bien par le PS que par ECOLO, le MR et le CDH. Cette motion amène le total à 42 communes et deux provinces.

11 avril 2011 : Après l’annonce de l’intention de vente de Dexia Israël, plus de détails voient le jour. Ainsi, nous savons désormais que l’offre de vente minimum est de 600 millions de shekels (120 millions €), ceci correspondant à la valeur de la participation de Dexia pour le moment.

7 avril 2011 : Le site web Wansquare.com mentionne que Dexia a donné mission à la banque d’affaire Rothschild & Cie de trouver un acquéreur à leur participation dans Dexia Israël. Ces dernières semaines, plusieurs parties ont manifesté leur intérêt pour cette filiale qui a été évaluée à 180 millions €. Cette information est reprise par plusieurs journaux qui font souvent référence à notre campagne et aux activités de Dexia Israël dans les colonies israéliennes. (Finanznachrichten, Le Soir, De Morgen, L'Echo).

La campagne « Palestine occupée - Dexia impliquée » accueille favorablement l’intention du groupe Dexia de vendre sa filiale en Israël et se trouve confortée dans sont opinion qu’avec une bonne organisation, de la détermination, de la persévérance et des actions ciblées, il est possible de forcer un changement de politique. Malgré tout, la campagne continue et l’action durant l’AG est maintenue; voir le lien ci-dessous pour le communiqué de presse complet.

5 avril 2011 : La campagne rencontre un soutien grandissant. Ces derniers mois les communes d’Affligem, Louvain et Blankenberge ont voté une motion. Pour l’instant 82 organisations ont rejoint la plate-forme « Palestine occupée-Dexia impliquée » ; 42 communes et la province de Namur ont voté une motion.

10 mars 2011 : Triodos supprime Dexia de sa liste des institutions pratiquant un financement éthique. C’est la première fois que la banque Dexia est exclue d’un fond éthique. Malgré les requêtes répétées de Triodos auprès de Dexia, celle-ci continue à investir et donc à soutenir l’occupation illégale de Jerusalem-Est. (AIC (Eng), Triodos (Eng), L'Echo, campagne-blog Dexia)

7 mars 2011 : Le journal « Veto » revient sur la motion concernant Dexia adoptée par la ville de Louvain la semaine précédente, il mentionne le point de vue des différents partis du Conseil communal.

4 mars 2011 : La campagne internationale de BDS se répand; la banque Dexia est régulièrement critiquée pour ses financements en territoires occupés. Le gouvernement israélien veut étouffer la protestation des citoyens israéliens contre l’occupation par une loi : « Boycott Prohibition Bill ». Regardez la vidéo.

3 mars 2011 : Le Conseil communal de Blankenberge approuve une motion condamnant tous les financements octroyés par la banque Dexia pour la construction des colonies en territoires occupés de Palestine. (Het Nieuwsblad, campagne-blog Dexia)

1 mars 2011 : Le Conseil communal de Louvain approuve une motion affirmant que la ville en tant qu’actionnaire de Dexia déplore le financement par Dexia des colonies en territoires occupés de Palestine. Le bourgmestre M. Tobback constate que ces financements sont en contradiction avec les décisions du Conseil de sécurité et des résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, et qu’elles sont donc contraires au droit international. (De Morgen, Het Laatste Nieuws, campagne-blog Dexia)

15 février 2011 : La campagne « Palestine occupée – Dexia impliquée » reçoit toujours plus de soutien. La commune de Watermael-Boitsfort a voté une motion. Pour l’instant, 79 organisations soutiennent la plate-forme « Palestine occupée – Dexia impliquée ». 39 communes et la province de Namur ont voté une motion.

15 février 2011 : Le journal « De Tijd » se fait l’écho de bruits qui courent sur la reprise de Dexia Israël. Cette fois-ci les noms de YesBank et de IndusInd Bank, des banques indiennes, sont cités. Il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent les activistes qui travaillent autour de la Palestine en Inde. Nous vous tiendrons au courant.

8 février 2011 : La campagne Dexia a été montrée en exemple aux activistes sénégalais lors d’une réunion durant le Forum Social Mondial à Dakar.

4 février 2011 : Le financement d’Israël par Dexia se retrouve dans une liste des crimes non punis commis par Israël.

2 janvier 2011 : « Peterschap Palestijnse Kinderen », une association qui soutient trois projets en faveur de la population palestinienne, montre que la Belgique ne tient pas compte des résolutions de l’ONU. Elle lance un appel à la solidarité et soutient la campagne Dexia. Vous aussi pouvez nous aider.

13 janvier 2011 : Durant la réunion de la commission finance, budget, travaux publics, relations externes et affaires diverses au Parlement de Bruxelles-Capitale, une question a été posée concernant la condamnation de Dexia par le tribunal Russell sur la Palestine. Cette question à été posée par Elke Van den Brandt, membre du Parlement pour Groen!.

« De Morgen » mentionne cette intervention de Elke Van den Brandt demandant de mettre fin au financement. Le représentant de la région bruxelloise auprès de la banque a promis de demander des éclaircissements lors de l’assemblée générale de Dexia le 11 mai. Vous pourriez constater par vous-même si cette demande a bien été faite en assistant vous-même à l’assemblée générale. Lisez aussi les avis sur « 7sur7.be » en « politics.be ».

12 janvier 2011 : Un article parait dans la presse israélienne : la banque Dexia-Israël pourrait être rachetée par une banque indienne.

6 janvier 2011 : David Cronin a écrit un livre sur les collaborations entre l’Europe et Israël, dans lequel il mentionne des sociétés comme Dexia.

29 décembre 2010 : La Turquie a protesté lors du 2ième anniversaire de l’attaque de Gaza en décembre 2008. Elle a également critiqué la Denizbank entièrement contrôlée par le groupe Dexia. La Turquie est le marché porteur pour l’avenir de Dexia. Il est curieux de savoir si les Turcs vont apprécier les liens entre la banque Denizbank et l’occupation de la Palestine.

19 décembre 2010 : Dexia montre de l’ambition pour la banque Denizbank en Turquie. Hakan Ates, qui est à la tête de Denizbank, est nommé membre du conseil de direction de Dexia.

14 décembre 2010 : A la commune de Blankenberge, une première discussion a lieu concernant une motion contre le financement par Dexia des colonies en territoire occupé. Nous vous tiendrons au courant. Lisez aussi l'information dans Het Nieuwsblad.

10 décembre 2010 : La conclusion du Tribunal Russell sur la Palestine à Londres concernant la participation à l’occupation de la Palestine par des multinationales est mentionnée dans différents média.

Décembre 2010 : Eva Brems (Groen!) témoigne à propos du Tribunal Russell pour la Palestine dans la lettre d’information de Groen! de Louvain. La section louvaniste des Groen! se joint à l’initiative citoyenne d’intal-Louvain pour demander à la ville de Louvain de voter une motion condamnant le financement illégal par Dexia des colonies dans les territoires occupés de Palestine.

8 décembre 2010 : Il y a une confusion au sein du Parlement flamand concernant le financement d'Israël par Dexia. À la question posée à Kris Peeters, Ministre-Président de la région flamande, s'il voulait mettre fin au financement des colonies, Peeters prétend que Dexia ne finance plus les colonies depuis 2008 alors que nous avons des preuves du contraire.

8 décembre 2010 : Durant la conférence « Jeruzalem: Bezette Stad » (Jérusalem: ville occupée) intal-Louvain a lancé une initiative civile pour faire adopter par le conseil communal de Louvain une motion Dexia. Il est nécessaire de rassembler 900 signatures. Êtes-vous de Louvain et voulez-vous participer ? Téléchargez ici la liste de pétition.

1 décembre 2010 : Le sénateur écolo Jacky Morael interpelle sur les conclusions du RtoP, le Ministre des Finances Didier Reynders (représenté par le Secrétaire d'état Clerfayt). M. Clerfayt n'a pu donner d'autre interprétation que le point de vue de Dexia (voir le 24 novembre 2010). Ironiquement, M. Morael à fait remarquer que le gouvernement était capable, tout au moins, de consulter Wikipédia où cette information se trouve. Sa remarque a atteint les médias et divers blogs. A nouveau on essaye de semer la confusion sur les liens de Dexia et les colonies, toutes illégales. (De Morgen, VT4, Satiricon)

30 novembre 2010 : Durant le RToP (Russel Tribunal on Palestine), la responsabilité des politiciens belges a également été pointée. Piet Wittevrongel, le représentant du parti « Dwars » composé d'une seule personne à Blankenberge, a exhorté le conseil communal à mettre un terme à la collaboration avec Dexia.

24 novembre 2010 : Jan Roegiers (Sp.a) a posé une question au parlement flamant concernant les conclusions du RToP (Russel Tribunal on Palestine) sur Dexia. Le Ministre-Président Kris Peeters n'a rien pu lire d'autre que la réponse de Dexia. Le doute qui y est semé sur les preuves a été balayé par le jury du RtoP.

20-22 novembre : Durant la deuxième session du Russel Tribunal on Palestine (RToP) à Londres, le tribunal a scruté les sociétés qui sont suspectées de complicité des violations du droit de l'homme par Israël. Les preuves des liens de Dexia avec les colonies, toutes illégales, ont été présentées tout comme les preuves de la collusion de 11 autres sociétés. Le jury accuse Dexia, Group4Security (G4S), Elbit Systems, Caterpillar, Cement Roadstone Holdings, Veolia Transport et Carmel Agrexco de complicité. Considérez ici la présentation des preuves pour Dexia.

Le tribunal a été suivi avec attention en Belgique. Etaient présents : Jacques Michiels, Koen Vanbranbandt (AC - ABVV), Christian Vancoppenolle (Département International - ABVV), Eva Brems (représentante - Groen!), Juliette Boulet (représentante - ECOLO) et Daniel Fontaine (RTBF). La RTBF a émis un long reportage radio sur le tribunal.

Les conclusions ont été reprises par différents journaux (De Morgen, Tageblatt online - Luxemburg, Metro, Dewereldmorgen.be, Le Soir, La Libre, sodaire.be, ...). De Morgen a même réussi à transmettre les infos du RToP avec une certaine ironie.

9 novembre 2010 : Le conseil communal d’Affligem, sur recommandation du Collège, approuve une motion contre le financement illégal de Dexia en Palestine. (Het Nieuwsblad)

4 novembre 2010 : Durant le mois d'octobre, Dexia a communiqué ses plans futurs. Le marché émergent que Dexia a en vue pour 2014 est la Turquie. La banque Deniz, contrôlée à 99,8% par Dexia, devra à ce moment-là engendrer 27% des bénéfices. Quelques activistes turcs qui suivent le financement des colonies ont écrit un communiqué de presse qui a été repris par le site web de la communauté turque en Europe.

27 octobre 2010 : 15 clients ont clôturé leur compte Dexia à l'agence de la place Rogier, où se trouve également le siège social. De peur qu'il n'y ait trop de mauvaises nouvelles, Mme Delvou, porte-parole de Dexia, est descendue à l'agence pour recevoir la presse. Celle-ci a largement relayée l'action, (RTBF, Trends.be, De Morgen, Het Laatste Nieuws, Dewereldmorgen.be, Solidaire, ... ).

La filiale était bien préparée à la venue de ses clients car un personnel supplémentaire était présent pour effectuer les tâches administratives. Tous les clients qui ont clôturé leur compte ont reçu une mise au point. Celle-ci montre clairement que Dexia s'accroche à sa filiale israélienne qui fournit des services financiers aux colonies, toutes illégales. Il est remarquable que Dexia ne mentionne toujours pas les 8 millions d'euros attribués à Jérusalem. Et encore moins l'occupation et les résolutions des Nations Unies..

9 octobre 2010 : Mario Franssen a donné un exposé devant le comité de soutien Tribunal Russell sur la Palestine en préparation de la session qui aura lieu les 20, 21 et 22 novembre à Londres. Un des cas traités sera celui de Dexia. Solidaire interviewe Pierre Galand, coordinateur du RToP (Russel Tribunal on Palestine), sur l'importance du tribunal.

23 septembre 2010 : une agence de Dexia à Charleroi a été affublée de la publicité :
«Construisez sur des terres VOLEES en PALESTINE ! Dexia financera votre projet ! » Visionnez la vidéo.

22 septembre 2010 : le groupe de Facebook « Ik sluit mijn rekening bij Dexia! – Je clôture mon compte chez Dexia » lance un appel aux clients de Dexia pour qu'ils clôturent ensemble leurs comptes.

23 août 2010 : à Kortessen il a été demandé au Collège d’approuver une motion qui demande à Dexia de couper tout lien avec Israël du fait de l’occupation de la Palestine.  L’opposition s'est plaint que la motion n’a pas été mise en délibéré (7 septembre 2010) et vont le faire lors d’une prochaine assemblée.

12 août 2010: La campagne trouve de plus en plus de soutien. Ces derniers mois les communes de St-Gilles, Anderlues et Landes ont voté une motion. VZW Dialoog et OWW Kessel-Lo ont signé la plate-forme. 78 organisations ont provisoirement signé la plate-forme. 38 communes et la province de Namur ont voté une motion.

1-4 juillet 2010: Lors du Forum Social Européen à Istanbul de nouveaux contacts ont été pris pour élargir la campagne. Un intérêt certain est présent au Danemark, en Italie et particulièrement en Turquie où la banque turque Deniz-bank est contrôlée à 99,8% par le groupe Dexia.

29 juin 2010 : durant le "Midi de la Province" le financement illégal de Dexia et les moyens d’action ont été exposés par le député provincial du Hainaut Serge Hustache, le bourgmestre Bruno Buchet et Mario Franssen de intal.

22 juin 2010: Dans une lettre ouverte à Jean Luc Dehaene les signataires de la plate-forme ont réfuté les arguments de Dexia et ont montré que Dexia Israël est encore toujours un maillon pour le financement des colonies et est donc toujours concerné pour leur développement.

14 juin 2010: La commune de Anderlues approuve une motion contre le financement par Dexia des colonies sur le territoire Palestinien. Le site web ‘Pourlapalestine.be’ reprend la nouvelle.

12 juin 2010: Dans un article de Stuart Reigeluth concernant le boycott de Israël, la campagne Dexia est mentionée pour son mérite de mettre en avant les preuves de la complicité de Dexia avec les extensions des colonies.

10 juin 2010: La plate-forme Charleroi-Palestine organise une action devant l’Hôtel de Ville pour dénoncer la complicité de la commune, de la Belgique et de l’Europe avec la colonisation de la Palestine. Il est demandé au Bourgmestre de faire voter une motion concernant Dexia. (dewereldmorgen.be)

6 juin 2010: Dans le n° 151 du ‘De Koevoet’, un magazine écologique, l’attention est attirée sur la campagne dans un article titré « Dans quelle banque votre argent est-il encore en sécurité ? » (NL)

2 juin 2010: Il y a un an, Dexia Israël prétendait ne plus octroyer de nouveaux crédits aux établissements israéliens dans les territoires palestiniens occupés. (De Tijd)

1 juin 2010: M. Jan Roegiers et M. Diependaele interroge le ministre concernant l’entrée d’Israël dans l’OCDE, Dexia et la position du gouvernement flamand à ce sujet.

28 mai 2010: Le Groupe israélien ‘Who Profits’ et la campagne ‘Palestine occupée-Dexia impliquée ‘ prouvent que Dexia Israël a encore octroyé des prêts à des colonies dans les territoires palestiniens occupés et ce depuis juin 2008. ‘De Tijd’ reprend ces nouvelles preuves.

27 mai 2010: La commune de St-Gilles approuve une motion contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.

27 mai 2010: Dans une interview, Angela Godfrey-Goldstein, organisatrice du ‘Israeli Committee Against House Demolitions’(ICAHD), met en évidence les drames humains que cache chaque démolition de maisons.

25 mai 2010: La commune de Landen approuve une motion (1-2) contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés. ‘Het Nieuwsblad’ reprend l’information.

12 mai 2010: Environs 25 actionnaires, qui s'opposent au financement par Dexia des colonies dans les territoires palestiniens occupés, participent à l'assemblée générale du groupe Dexia. Au me moment, environs 250 activistes ont manifestés depuis le centre jusqu’au boulevard Pacheco, où se tenait l’AG.

Vous pouvez voir l’intégralité de cette AG sur ce lien.

Des articles de presses :
Néerlandophones :De Morgen, De Tijd, Dewereldmorgen.be (1-2-3-4), Radio1 (1-2), MO*, StampMedia, Het Laatste Nieuws
Francophones: Le Soir (1-2), La nouvelle gazette, Pourlapaletine.be, La Libre Belgique, L'avenir, Canalc
Anglophones: IPS, blog 'In the Middle of the East'

10 mai 2010: Est-ce que Dexia Israël nargue Deheane ? Le groupe israëlien « Who Profits » apporte de nouvelles données démontrant l'accord de crédits accordés par Dexia Israël aux colonies illégales.

10 mai 2010: Esti Micenmacher, activiste du groupe 'Who Profits?' et Angela Goldstein du 'Israeli Committee Against House Demolitions' sont en Belgique pour une conférence. Le 12 mai, elles participent à l’action contre le financement par Dexia des établissements en Palestine. Le Soir, MO* et Dewereldmorgen.be en profitent pour les interviewer.

4 mai 2010: Intal interviewe Merav Amir, coordinateur de recherches de 'Who Profits from the Occupation?‘, une organisation israélienne qui condamne l’occupation en communiquant le nom de sociétés qui sont concernées par la colonisation.

4 mai 2010 : Kifkif, Les Femmes en Noir Leuven, UPJB, Jong Groen! et la plate-forme Charleroi-Palestine adhèrent à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". 75 organisations ont adhéré à la plate-forme et 35 communes et la province de Namur ont voté une motion.

30 avril 2010: Elke Van den Brandt (Groen!) interpelle Jean-Luc Vanraes à la commission finances concernant les participations de plusieurs organisations publiques et de la région Bruxelloise dans Dexia Israël.

29 avril 2010 : la commune d'Ixelles vote une motion demandant à Dexia de couper tous les liens avec les territoires occupés. Cela a créé un désaccord auprès de la majorité PS-MR.

29 avril 2010 : Elke Van den Brandt, Groen!/Ecolo au parlement bruxellois, a interpellé le ministre des Finances Jean Luc Vanreas au sujet de la responsabilité de la Région bruxelloise comme actionnaire de Dexia. (rapport)

27 avril 2010: Mario Franssen, porte-parole de la campagne ‘Palestine occupée-Dexia concernée’, est interviewé par Solidaire concernant la nouvelle action du 12 mai.

22 avril 2010 : Le Journal satirique "Pan" se demande si Jean-Luc Dehaene, président de Dexia, ne serait pas le plombier du Mossad.

19 avril 2010 : La commune de Viroinval augmente la pression sur Dexia et demande de mettre fin au financement illégale de Jérusalem Est.

18 avril 2010 : Le groupe local PJPO (Paix Juste au Proche Orient) soutient la campagne Dexia et envoie une interpellation à la commune de Nivelles en demandant d'assister à l'assemblée générale de Dexia le 12 mai.

12 avril 2010: Les nouvelles affiches contre le financement par Dexia de l’occupation sont prêtes; sur l’affiche une famille palestinienne dont la maison a été démolie l’année passée.

12 avril 2010: Après plus d’un an de campagne contre le soutien par les instances belges à la politique de Dexia, 1100 citoyens ont envoyé une protestation à nos dirigeants politiques.

7 avril 2010 : intal lance un petit documentaire sur la croissance des colonies israéliennes et l'implication de Dexia. La vidéo a une répercution internationale. La plate-forme Charleroi-Palestine illustre la vidéo avec un article intéressant. Le Palestine Monitor a également repris la vidéo. A la suite de ce documentaire, IPS écrit un article sur la campagne Dexia (anglais-français-néerlandais). Celui-ci est repris sur plusieurs sites.

31 mars 2010 : Dirk Van der Maelen (spa) demande au vice Premier ministre et ministre des finances des explications sur les prêts consentis par Dexia Israël à Jérusalem Est.

31 mars 2010 : Le conseil communal de Linkebeek approuve une motion contre le financement par Dexia des colonies israéliennes en territoire palestiniens. Het Nieuwsblad reprend l'information.

30 mars 2010 : La ville de Leuven estime que les investissements de Dexia sont des prêts à risques. Pour faire valoir cette opinion et pour lancer le débat, le conseil décide d'investir dans le capital à risque de AB InBev.

13 mars 2010 : La plate-forme anti-guerre, durant la conférence pour la paix, a organisé un groupe de travail 'Investir dans la geurre, les industries de défense et militaires sont des clients des banques'. La campagne a été exposée et commentée.

10 mars 2010: Le SP.a adhère à la plate-forme. Cela fait donc 70 organisations (groupes de solidarités, syndicats, communes, partis, ONG,...) qui soutiennent à présent la plate-forme 'Palestine occupée-Dexia impliquée'; 33 communes et la province de Namur ont voté une motion. Voulez-vous que votre organisation adhère à la plate-forme? N'hésitez pas, téléchargez le texte de la plate-forme et renvoyez-le signé (secrétariat de la campagne : intal, chaussée de Haecht 53, 1210 Bruxelles, ou par fax : 02/209 23 51).

10 mars 2010: La chaine de télévision arabe Al Hiwar TV a mis l'interview de 25 minutes de Mario Franssen en ligne.

22 février 2010 : M. Tiberghien (Ecolo) interpelle le Ministre-Président Demotte au parlement Wallon pour connaître le rôle que le gouvernement Wallon compte jouer en tant qu' actionnaire de Dexia.

10 février 2010: La campagne Dexia continue à perturber les clients de Dexia. Un client a envoyé ce mail à M. Decraene, président de la Banque Dexia Belgique. Il y explique pourquoi il retire petit à petit son argent de Dexia. Voulez-vous également retirer votre argent de Dexia pour protester contre les liens que Dexia entretient avec la colonisation illégale? Alors prenez contact avec le secrétariat de la campagne.

Février 2010: Uitpers, le magazine web de Internationale Politiek, a publié un article sur la campagne Dexia. Outre un état des lieux, il y est également fait mention d'un appel pour étendre la campagne jusqu'à ce que Dexia rompe tout lien avec l'occupation.

27 janvier 2010 : Lors de la journée des poésies, Didi Deparis compose un poème 'A Horse With No Name'; Dexia et les colonies israéliennes y sont tournée en bourique.

15 janvier 2010 : La commune de Viroinval ne participe pas à l'augmentation de capital du Holding Communal qui détient 14,7% de Dexia. Le bourgmestre Bruno Buchet en profite pour se plaindre de la relation entre Dexia et l'occupation par Israël des territoires occupés.

13 janvier 2010 : M. Westphael (Ecolo) interpelle le ministre Marcourt au parlement Wallon concernant le financement par Dexia des colonies israéliennes.

13 janvier 2010 : le magazine Aljazeera mentionne que la campagne Dexia à engrangé une petite victoire : Dexia a promis de ne plus octroyer de crédits aux colonies illégales de Palestine occupée. Les colons ont réagi avec fureur et ont demandé au gouvernement de retirer la licence à Dexia.

7 janvier 2010 : Financité annonce le refus de Dexia de consentir des prêts à certaines colonies et insiste sur le fait que la campagne continue dans le but de mettre fin au financement de Jérusalem Est par Dexia.

Janvier 2010: L'agitation entourant la lettre de Dexia Israël aux colonies israéliennes continue. Beaucoup de blogs en parlent. RTLinfo, Le Soir, De Morgen (journal du 05/01/2010) et même Norman Finkelstein et un site web espagnol sont venus aux nouvelles. La plate-forme publie un communiqué de presse afin de mettre les points sur les "i".

30 décembre 2009: Selon plusieurs journaux et médias israéliens, la banque Dexia aurait annoncé l'arrêt de ses prêts aux colonies israéliennes en Cisjordanie. Rien de bien neuf, le président du Conseil d'Administration de Dexia s.a., Jean-Luc Dehaene, l'avait déjà annoncé lors de l'Assemblée Générale du 13 mai 2009. L'élément nouveau est l'annonce officielle du groupe Dexia faite au public israélien. « Belgian bank won't lend to settlements » titre l'édition anglophone du Jérusalem Post. « Une banque belge ne prêtera plus aux colonies». Un pas dans la bonne direction, mais ça ne suffit pas.

2 décembre 2009 : Sarah Turine (vice-présidente d'Ecolo) interpelle le ministre de l'économie Cerexhe au parlement bruxellois sur la mission économique en Israël. L'exemple du financement des colonies par Dexia est également mentionné.

24 novembre 2009 : Pierre Lempereur et Bruno Frère, deux volontaires de Intal, ont réalisé à Betlhéhem deux reportages vidéos. Le premier concerne la participation au capital de Dexia des gouvernements français et belge, et le second, le financement des colonies en Palestine occupée.

24 novembre 2009: Sous la pression de l'Europe, Dexia envisage de céder certaines de ses filiales à l'étranger. La plate- forme s'étonne qu'il n'est jamais question de Dexia-Israël.

23 novembre 2009: La mission “Coalition Against Agrexco” a rencontré, à Ramallah, Omar Barghouti, président de la délégation BNC (Palestinian National BDS Committee). Ils ont également un rendez-vous avec des représentants de 'Who Profits' avec lesquels ils évoqueront la campagne Dexia.

12 novembre 2009 : Le bilan d'une année de campagne est dressé.

12 novembre 2009: La campagne "Palestine occupée-Dexia impliquée" a fêté sont premier anniversaire, 120 clients ont envoyé à Dexia un avertissement financier, et ils se sont plaints du financement des colonies israéliennes.

30 octobre 2009: Malgré le fait que Dexia finance les colonies dans les territoires occupés, 'Novethic', une filiale de la Caisse de Dépôt, considère Dexia comme une société « socialement responsable » et lui a octroyé le label du même nom.

29 octobre 2009: 69 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée-Dexia impliquée". 33 communes et la province de Namur ont voté une motion.

27 octobre 2009: Suite à notre action du 3 octobre, M. Decraene, président de la Banque Dexia Belgique, nos convie à une discussion ; Bruno Buchet (Bourgmestre de Viroinval), Jan Dreezen (Coordinateur de COBI), Nadia Farkh (Coordinatrice de l'ABP) et Mario Franssen (porte-parole de la campagne) forment la délégation de la plate-forme. Les deux parties ont échangé leurs points de vue. M. Decraene a confirmé que la campagne porte ses fruits; il a clairement laissé entendre que la campagne a plusieurs fois été mise à l'agenda du Comité de direction de Dexia. Ce qui est bien le signe que la campagne engendre au moins des discussions à l'intérieur du groupe. Toutefois, il n'a pas pu fournir une solution aux exigences de la plate-forme. Suite à cet entretien, la plate-forme a fait appel à l'action du 12 novembre 2009.

24 octobre 2009: Une interview avec Omar Barghouti a été enregistrée pendant la conférence sur le Boycott-Désinvestissement-Sanction qui a eu lieu à Bethléem le 24 octobre 2009 avec pour thème "United in Struggle against Israeli Colonialism, Occupation, and Racism". Omar Barghouti, président du BDS National Council a insisté sur l'importance primordiale de la campagne Dexia en Belgique.(EN-FR)

24 octobre 2009: Dalit Baum (coordinateur de "Who Profits?", l'organisation israélienne qui a trouvé les preuves que Dexia finançait les colonies dans les territoires occupés) a donné une conférence à Bethléem ayant pour thème "United in Struggle against Israeli Colonialism, Occupation, and Racism". Dalit Baum a insisté sur l'importance primordiale de la campagne Dexia en Belgique. (EN-FR)

24 octobre 2009: les 24 et 25 octobre 'Campagne BDS France' a organisé un colloque de deux jours sur le thème « Boycott-Désinvestissement-Sanctions - Notre réponse à l'apartheid, à l'occupation et à la colonisation israélienne ». Environ 6 personnes du Canada, d'Angleterre, du Brésil et de Belgique ont été invitées en plus de quelques Français qui actifs dans des campagnes telles que Veolia, Agrexco et le Boycott académique.
La campagne Dexia "Palestine occupée-Dexia impliquée" a été traitée dans un groupe de travail.

Durant le week-end, nous avons eu des contacts avec différents groupes français qui ont pris l'initiative d'informer les localités de la politique du groupe Dexia France-Belgique dans les territoires occupés.

21 octobre 2009: lors d'une séance du Conseil provincial du Brabant flamand, les Verts ont voté contre la souscription à une augmentation de capital du Holding Communal qui a une participation dans Dexia. Ils suivent en cela l'opinion de la campagne Dexia qui désapprouve l'attitude non éthique de Dexia-Holding qui bafoue le droit international en soutenant les colonies.

14 octobre 2009: La commune de Herzele continue à s'opposer à la participation de Dexia au financement des colonies.

13 octobre 2009 : La commune de Heist-op-den-Berg refuse de prendre ses responsabilités en tant qu’actionnaire de Dexia après une interpellation par la liste “ETA”.

8 octobre 2009: Dexia choisit de se concentrer, à l'avenir, sur des projets locaux et se débarrasse des financements au Mexique et au Japon. Par contre, elle continue obstinément à financer la colonisation illégale. Quelques groupes de solidarité se sont saisi de leurs plumes.

7 octobre 2009: Dans les colonies juives de Cisjordanie, une sorte de non-droit est apparu qui attire des industries. Une société néerlandaise est entre autres concernée par le déni du droit humain.
'Who Profit' donne une longue liste de sociétés qui supportent les colonies parmi lesquelles Dexia. Un long article titré 'Maatschappelijk verantwoord onderdrukken' (la responsabilité civique bafouée) met le doigt sur la plaie.

4 octobre 2009: Le Holding Communal a investi un paquet d'argent pour sauver Dexia et maintenant il sollicite les Conseils communaux. La commune de Herzele a refusé car Dexia finance la colonisation.

3 octobre 2009: La plate-forme "Palestine occupée-Dexia impliquée" organise une journée d'action auprès de 19 agences Dexia dans tout le pays. L'action a eu un bon écho dans la presse surtout la presse locale et sur différents blogs.
Des actions ont eu lieu à Bruxelles, La Louvière, La Hulpe, Rixensart, Nivelles, Verviers, Heist-op-den-Berg, Schaerbeek, Saint-Josse, Ixelles, Marche-en-Famenne, Gand, Landen, Anvers, Louvain, Tournai et Bruges.

Le Soir et Solidaire ont rapporté l'action.

Suite à l'action, la plate-forme a été invitée à une entrevue avec M. Stefaan Decraene, directeur de la Banque Dexia Belgique et membre du Conseil de direction du groupe Dexia.

30 septembre 2009: A ce jour, 67 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Par ailleurs, 33 communes et la province de Namur ont voté une motion.

23 septembre 2009: Le magazine MO* publie un article basé sur les nouvelles révélations qui ont été publiées par la plate-forme.

22 septembre 2009:Australians for Palestine’ lance un appel pour soutenir le BDS contre Israël et la campagne Dexia.

17 septembre 2009: Radio Al Manar diffuse une interview de Mario Fransen au sujet de la campagne Dexia.

15 septembre 2009: Une question se pose pour savoir si Dexia alloue de nouveaux crédits aux colonies.
L'article "Dexia et les colonies israéliennes : nouvelles révélations" cite un porte-parole de Dexia Israël qui laisse supposer le contraire. L'article a été repris sur plusieurs sites.

13 septembre 2009: La commune de Overpelt vote une motion (1-2) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

11 septembre 2009: 'Duurzaamheid en maatschappelijke betrokkenheid zijn belangrijk' (La durabilité et l'engagement social sont importants), pouvons-nous lire dans une lettre de M. Decraene, président de Dexia Belgique, adressée à tous les clients Dexia. La plate-forme ne peut qu'approuver mais se demande dans quelle mesure le financement des colonies est en accord avec ce principe. (Si quelqu'un a reçu la version de cette lettre en français, merci de nous l'envoyer.)

Septembre 2009: La campagne Dexia est mentionnée dans un article du "Monde Diplomatique" et sur différents blogs.

9 juillet 2009: La commune de Marchin vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

3 juillet 2009: A ce jour, 64 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Par ailleurs, 31 communes et la province de Namur ont voté une motion.

1 juillet 2009: Un article sur la campagne Dexia est publié sur le site web israélien " TheMarker", spécialisé dans des informations économiques.

25 juin 2009: 16 des 27 conseillers communaux de Zemst ont signé une motion qui demande que soient brisés les liens entre Dexia et les colonies en territoires occupés. Il est remarquable que Mr. Tom Dehaene, fils de Jean-Luc Dehaene ait signé, ce dernier en temps que président du C.A. porte une lourde responsabilité dans le financement par Dexia de l'occupation de la Palestine.

15 juin 2009: Après l'AG de Dexia, la plate-forme a évalué la campagne. Les réponses de Dexia sont encore toujours insatisfaisantes comme vous pouvez le lire dans cet article. La plate-forme a décidé de persévérer avec les cartes de protestation et la pétition en-ligne. Deux nouvelles initiatives ont été lancées. Le 15 juin plus de 40 lettres ont été envoyées par des membres de la plate forme pour stigmatiser auprès de la direction de Dexia la faiblesse des réponses. Un appel a également été lancé pour mener une action le samedi 3 octobre devant 20 agences Dexia. La campagne continue!

11 juin 2009: Le 'Palestine Media Center' a publié l'article "Dexia Israel Stops Financing Israeli Settlements" sur sont site qui est repris par de nombreux blogs et autres sites.

10 juin 2009: 'The Palestinian community in Belgium', une organisation qui représente les Palestiniens en Belgique, a signé la plate-forme.

30 mai 2009: Lors de la fête mondiale à Leuven 160 cartes de protestation ont été signées sur le stand de Intal-Leuven. Sur le stand de CODIP et du VPK, les cartes ont égalent été utilisées.

27 mai 2009: Lors de l'AG du Holding Communal le représentant de la commune de Viroinval a posé la question de la connexion entre Dexia et les territoires occupés. Le Holding Communal possède une participation de 14,34% dans Dexia. La Libre Belgique a publié un article à ce sujet.

26 mai 2009: La commune de Limbourg vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

25 mai 2009: A ce jour, 61organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Par ailleurs, 28 communes et la province de Namur ont voté une motion.

25 mai 2009: Un encart est publié dans le périodique Financité au sujet de la campagne Dexia.

19 mai 2009: TVcom Brabant Wallon diffuse une courte interview de Joaquim concernant la journée de solidarité "Palestine, quelle solidarité et pourquoi?" organisée à Nivelles.

16 mai 2009: Radio Centraal, Anvers, diffuse une interview de Mario. Elle concerne les réponses fournies par Dexia lors de son AG, aux questions posées par un membre de la plate-forme.

14 mai 2009: 20 organisations israéliennes demandent que le fond de pension Norvégien déinvestisse des sociétés qui profitent de l'occupation. Parmi les 15 sociétés citées Dexia vient en troisième position.

14 mai 2009: Alors que Mr Dehaene, en invoquant le code éthique de "sa banque", déclare que les investissements de Dexia dans les territoires occupés doivent cesser, le Ministre De Gucht continue de prétendre qu'ils sont un succès.

14 mai 2009: La plate forme diffuse un communiqué de presse pour réagir aux réponses de la direction de Dexia lors de l'AG du jour précédant, réponses aux questions posées par un membre de la plate-forme.

13 mai 2009: La commune de Ans vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

13 mai 2009: La manifestation devant le siège social de Dexia est un grand succès. 300 participants expriment clairement leur insatisfaction. Vous pouvez visionnez des photos, des vidéos et lire des articles et compte-rendus sur les sites d'intal-d'indymedia et de MO*. Différents journaux ont rapporté l'action 1-2-3, comme le quotidien francophone, METRO. Durant l'assemblée générale du groupe Dexia, des membres de la plate-forme posent des questions à Mrs Dehaene et Mariani. Pour en connaître la teneur, connectez-vous au site de Dexia, annoncez-vous et consultez ensuite la rubrique 'Questions and Answers'.

13 mai 2009: A l'occasion de l'AG de Dexia, la plate-forme organise une action à 16h place Rogier, face aux bureaux du groupe financier franco-belge. Présents à l'AG, des membres de la pate-forme posent des questions à la direction de Dexia.

12 mai 2009: L'agence de presse palestinienne 'Maan News Agency' publie un article sur le rôle de Dexia dans les territoires occupés.

12 mai 2009: La campagne est reprise dans la newsletter mondialement connue www.stopthewall.org sous la rubrique BDS.

12 mai 2009: Le groupe facebook de la campagne regroupe 908 membres et forme un "Crowd". Si nous intégrons 92 nouveaux membres, nous deviendrons une "Guilde". Alors, rejoignez-nous et invitez vos amis à faire de même! Signez aussi la pétition en ligne.

12 mai 2009: Le journal De Tijd publie un important article sur les liens entre Dexia et les territoires occupés palestiniens. Sous le titre "Une prison à ciel ouvert", l'article évoque des rumeurs selon lesquelles le groupe Dexia souhaiterait revendre sa filiale israélienne. Selon Dexia, cette rumeur n'aurait rien, mais vraiment strictement rien à voir avec cette campagne.

11 mai 2009: Des représentants de la Plate-Forme sont reçus par messieurs Jean-Luc Dehaene et Pierre Mariani, respectivement président et directeur général de Dexia. Les résultats de cet entretien seront communiqués lors de l'action du 12 mai.

9 mai 2009: Radio Centraal diffuse une interview en direct de Mario à propos de l'action du 13 mai.

4 mai 2009: La commune de Herent vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

4 mai 2009: La campagne est présentée aux militants syndicaux du SETCa-BBTK (FGTB) actifs au sein du groupe Dexia.

Avril 2009: Différentes initiatives orientées vers les communes sont prises à Lede, Genk, Herent, Saint-Gilles, Bruges,...

30 avril 2009: La commune d'Herzele vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

28 avril 2009 : M. Van der Maelen interpelle M. De Gucht au sein du Parlement belge. De Gucht a laissé savoir dans un courrier adressé à M. Dehaene, président du Conseil d'Administration, qu'il était particulièrement inacceptable que de tels prêts soient encore renforcés depuis 2001. Cette discussion est reprise dans le rapport de la Commission des Relations exterieures.

27 avril 2009: A ce jour, 55 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée".

18 avril 2009: Une action est menée en France en présence de représentants de Dexia.

8 avril 2009: A ce jour, 50 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Par ailleurs, 25 communes et la province de Namur ont voté une motion. 

8 avril 2009: La campagne est annoncée dans la rubrique "International" de la revue de l'"Union des Villes et Communes de Flandres", le VVSG.

3 avril 2009: "Netwerk Vlaanderen" publie un article sur la campagne.

1 avril 2009: Le site "Electronic Intifada" publie un article sur la campagne.

mars 2009: Des centaines de cartes n° 2 nous parviennent. 176 cartes n° 1 sont livrées au siège de la Dexia. Plusieurs actions, telles que des soirées d'information, des stands, ... sont organisées à Anvers, Bruxelles, Louvain, Tubize, Liège, ... De son côté, l'association Génération Palestine (GP) mène des initiatives à Jette, Waterloo, Mons et Wavre.

31 mars 2009: Le BBTK-SETCa et ACV - Brussel-Halle-Vilvoorde intègrent la plate-forme. A ce jour, cette dernière regroupe 47 organisations.

30 mars 2009: La commune de Nivelles vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

30 mars 2009: La pétition on-line de la campagne est présentée à la presse. Vous pouvez la signer ici.

Bruno Buchet (Bourgmestre de Viroinval), Marijke Persoone (LBC, centrale des employés de l'ACV), Lieven Vanhoutte (Centrale Générale de la FGTB), Michel Warchawski (co-fondateur de l' "Alternative Information Center" à Jérusalem) et Mario Franssen (porte-parole de la campagne) prennent la parole.

Des articles concernant le lancement de pétition paraissent dans De Standaard, Le Soir, De Morgen, Het Laatste Nieuws et Solidaire.

25 mars 2009: Dirk Van der Maelen interpelle à nouveau le Ministre De Gucht et lui demande des informations concernant le financement par Dexia des colonies israéliennes.

24 mars 2009: Le groupe facebook de la campagne regroupe 663 membres et forme un "Crowd". Si nous intégrons 337 nouveaux membres, nous deviendrons une "Guilde". Alors, rejoignez-nous et invitez vos amis à faire de même!

24 mars 2009: Le syndicat flamand LBC, la Centrale Générale de la FGTB et Netwerk Vlaanderen intègrent la plate-forme. A ce jour, cette dernière regroupe 45 organisations. Il s'agit essentiellement de groupes de solidarité, d'ONG, de partis politiques, de syndicats et de communes.

23 mars 2009: La commune de Seraing vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

Depuis plusieurs mois, une vingtaine de communes de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre ont voté une motion contre les activités du groupe Dexia en Israël.

18 mars 2009: La commune de Florennes vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

17 mars 2009: La campagne est présentée aux militants syndicaux de la LBC (le syndicat des employés en Flandre) actifs au sein du groupe Dexia.

16 au 20 mars 2009: Plus de cinquante activistes téléphonent au service des plaintes de Dexia. Lors de leur apel, ils dénoncent l'implication financière de Dexia dans la colonisation israélienne et exigent du groupe qu'il mette un terme immédiat à ces investissements dans les territoires occupés palestiniens.

10 mars 2009: A toutes les personnes qui envoient une carte de protestation au groupe Dexia, la banque répond par le biais d'un courrier dans lequel elle tente de se dédouaner. Pour réfuter chacun des arguments avancés, la plate-forme envoie un communiqué de presse aux médias belges. Dans ce document, la plate-forme révèle aussi l'octroi par Dexia Israël d'un prêt de 8.000.000 d'euros à la ville de Jérusalem. Le communiqué donne lieu à un article publié dans le journal Le Soir.

5 mars 2009: Tous les jours, des cartes de protestation parviennent au siège de la Dexia. Le groupe Dexia tente de se défendre et envoie à chaque protestataire une lettre de justification. Les arguments qu'il utilise pour se dédouaner de sa responsablité sont ceux avancés par Monsieur Pierre Mariani, l'administrateur délégué du groupe, dans une lettre datée du 19 novembre 2008. La reprise de ces arguments par le groupe prouve que Dexia n'envisage pas, dans l'immédiat, de changer son fusil d'épaule et de cesser de financer la colonisation israélienne des territoires occupés palestiniens.

4 mars 2009: A ce jour, 38 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Il s'agit essentiellement de groupes de solidarité, de partis politiques et des communes.

3 mars 2009: La commune de Ittre vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

3 mars 2009: Lommel est la première commune néerlandophone a voté une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

2 mars 2009: La commune de Sambreville vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

25 février 2009: Al Jazeera diffuse une reportage sur la campagne Dexia.

20 février 2009: La province de Namur vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

19 février 2009: La commune d'Anderlecht vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

19 février 2009: Le Holding Communal regroupe toutes les communes de notre pays actionnaires de la Dexia. Depuis quelques semaines, il subit la pression de certains de ces membres qui ont adhéré à la plate-forme et qui ont voté une motion demandant explicitement à Dexia de cesser de financer la colonisation israélienne des territoires occupés palestiniens. Confronté à cette situation, le Holding envoie une lettre à Dexia. Au même moment, le groupe fait parvenir des courriers à diverses administrations pour minimiser l'ampleur et l'impact de ses investissements.

18 février 2009: Un débat au conseil provincial d'Henegouwen fait grand bruit. Le Soir en fait état.

18 février 2009: La commune de Lessines vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

16 février 2009: La commune de Soumagne vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

16 février 2009: La commune de Pont-à-Celles vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

16 février 2009: La commune de Saint-Josse-ten-Noode vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens. La conseillère communale Anne-Sylvie Mouzon (PS), explique que le Holding dont elle vice-présidente a “fait ce qu'il fallait”. Le débat a été filmé. Vous pouvez le regarder ici.

14 février 2009: Une première action est organisée devant une agence de la Dexia à Anvers.

11 février 2009: La campagne Dexia est mentionnée dans un article concernant des entreprises françaises qui profitent de la colonisation israélienne pour faire des affaires.

9 février 2009: La commune de Le Roeulx vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

9 février 2009: La commune de Thuin vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

4 février 2009: Au sein de la Commission des Relations Extérieures, Monsieur Van der Maelen adresse une question au ministre Karel De Gucht concernant le financement par Dexia de colonies israéliennes. Messieurs De Gucht et Van der Maelen s'interrogent sur la date à laquelle des crédits ont été alloués. Avant ou après 2001? En réalité, cette discussion n'a pas lieu d'être puisque comme l'a reconnu Mr David Kapah, lors de son audition devant le parlement israélien en 2007, les prêts ont été octroyés en 2005, soit +/- 4 ans après que Dexia SA ait pris le contrôle de Dexia Israël.

3 février 2009: A ce jour, 28 organisations ont adhéré à la plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée". Il s'agit essentiellement de groupes de solidarité, de partis politiques et de communes.

31 janvier 2009: Le groupe intal-Bruxelles-Palestine donne le coup d'envoi de la campagne lors d'une soirée d'information sur Dexia Israël. 300 personnes assistent à cet événement. Elles emportent 1.700 flyers et cartes postales.

30 janvier 2009: Le matériel de la campagne à savoir des flyers, et des cartes postales (carte 1, carte 2) est prêt. Le choix du logo est arrêté. Les affiches partent à l'impression.

30 janvier 2009: La délégation BBTK (SETCA) de Dexia adresse une lettre ouverte au Conseil d’Administration et au Comité de Direction du groupe Dexia.

29 janvier 2009: La commune de Doische vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

29 janvier 2009: La commune de Herstal vote une motion demandant aux organes des institutions bancaires belges de garantir le respect du droit international et de l'éthique dans le cadre de leurs opérations financières.

29 janvier 2009: La commune de Couvin vote une motion (1-2) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

27 janvier 2009: Dans un article publié dans MO*, "Hoe zien wij Gaza", le Professeur Rudy Doom fait référence à la campagne Dexia.

27 janvier 2009: La commune de Momignies vote une motion (1-2) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

26 janvier 2009: La Commune de La Louvière vote une motion (p. 130) qui demande au Holding Communal d'intervenir auprès du Conseil d'Adminstration de Dexia pour que Dexia n'accorde plus aucun nouveau financement aux colonies israeliennes. 

26 janvier 2009: La commune de Chapelle-lez-Herlaimont vote une motion (1-2) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

26 janvier 2009: La commune de Mouscron vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

22 janvier 2009: La commune de Molembeek vote une motion demandant à Dexia de faire la lumière sur ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

21 janvier 2009: Au Parlement Bruxellois, Mr Mohammadi Chadid pose une question à Mr. Vanhengel, ministre en charge des finances, du budget, de la fonction publique, des relations extérieures et de l'informatique.

20 janvier 2009: La commune de Ottignies-Louvain-la-Neuve vote une motion demandant à Dexia de faire la lumière sur ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

19 janvier 2009: Omar Barghouti, un des membres fondateurs de la campagne BDS en Palestine (Boycott, Desinvestment en Sanctions against Israël) adresse un message de soutien à la campagne Dexia.

19 janvier 2009: La commune de Vielsalm vote une motion (1-2) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

19 janvier 2009: La commune de Floreffe vote une motion (1-2-3) demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

19 janvier 2009: La commune de Ciney vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

14 janvier 2009: Une carte blanche publiée dans De Morgen fait référence à la campagne Dexia. Sur Radio1, dans l'émission de ochtend, Mario Franssen, porte-parole de la campagne en explique les tenants et les aboutissants.

14 janvier 2009: Au Parlement flamand, plusieurs questions sont posées à Monsieur Kris Peeters. Ce dernier avoue être mal à l’aise car insuffisant informé. Il dispose uniquement d'informations fournies par Dexia. Un article paraît dans le magazine MO*.

14 janvier 2009: Le conseil communal de Schaerbeek demande des explications sur les investissements de Dexia dans les territoires occupés palestiniens à M. Dehaene (président du Conseil d’Administration de Dexia) et M. Vermeiren (Président du Holding Communal). Le Holding Communal représente et regroupe les communes belges détentrices d'actions « Dexia ». Consultez cette liste pour connaître le nombre d'actions que possède votre commune. (Update 9 mars 2010)

13 janvier 2009: Lors d'une session du Parlement wallon, plusieurs questions sont posées au Ministre de l’Economie Jean-Claude Marcourt. La presse s'en fait l'écho.

8 janvier 2009: La plate-forme "Palestine occupée - Dexia impliquée" est opérationnelle. Les organisations, les communes, ... peuvent y adhérer. A dater de ce jour, le groupe de travail et la campagne qu'il a initiée portent le même nom.

22 décembre 2008: La commune de Viroinval vote une motion demandant à Dexia de couper ses liens avec les territoires occupés palestiniens.

3 décembre 2008: Messieurs De Vriendt, Brotcorne et Jambon adressent chacun une question parlementaire aux ministres Didier Reynders et Karel De Gucht. Celles-ci concernent le financement par Dexia de colonies israéliennes.

19 novembre 2008: L'administrateur délégué du Groupe Dexia, Monsieur Mariani répond à la lettre que lui a adressée le groupe de travail. Il confirme le financement par Dexia de colonies israéliennes situées dans les territoires occupés palestiniens.

12 novembre 2008: Une première action d'information du personnel de la Dexia est organisée Place Rogier à Bruxelles.

8 novembre 2008: Dans Le Soir, Baudouin Loos publie un article dévoilant l'implication de Dexia dans la colonisation des territoires occupés palestiniens. Il fait état des preuves transmises au groupe de travail le 28 octobre.

28 octobre 2008: The Coalition of Women for Peace, une organisation israélienne envoie deux mails au groupe de travail qui prouvent l'implication de Dexia dans la colonisation des territoires occupés palestiniens. Cette association gère entre autres le site www.whoprofits.org.

Les deux mails contiennent des documents publiés sur le site de la Knesseth, le parlement israélien.

Le premier document (en hébreu) prouve qu'en 2003, Dexia a accordé un prêt à la colonie de Ma'ale Efrayim. Ce prêt a été concédé pour une période de 12 ans.

Le second document reprend les déclarations de Monsieur David Kapah, le directeur de Dexia Israël. (19 juni 2007) Il reconnaît qu'entre 2005 et 2007, «sa banque» a octroyé des prêts à 7 colonies (Alfei Menasheh, Elkana, Beit-El, Ariel, Beit Aryeh, Givat Zeev en Kedumim) et 3 régions de Cisjordanie (la vallée du Jourdain, la région de Hébron et de Samarie).

28 octobre 2008: La crise financière éclate. Les autorités belges investissent lourdement pour sauver Dexia qui annonce une restructuration. Le groupe de travail envoie une lettre au nouveau président du Conseil d’administration (M. Dehaene) et au nouvel administrateur délégué (M. Mariani) pour leur demander des explications sur les investissements de Dexia dans les territoires occupés palestiniens.

16 novembre 2007: Porté par l'association COBI, le "groupe de travail Dexia" se réunit pour la première fois. Il cherche à prouver l'implication de Dexia dans le financement de la colonisation des territoires occupés palestiniens. Dans les jours qui suivent diverses associations (ABP, CODIP, MCP, intal, Vrede et VPK) rejoignent le groupe de travail.

15 avril 2001: CODIP adresse une lettre au Conseil d’Administration de Dexia concernant la participation de Dexia dans la banque Otzar Hashilton Hamekomi.

1er janvier 2001: La banque Otzar Hashilton Hamekomi (OSM) dont Dexia possède 45,3% du capital et 60,7% des droits de vote est totalement consolidée. Cfr: http://www.dexia.com/f/docs/fr_0502rapports_ab/fr_0502rapporta09.pdf

Aujourd’hui le Groupe Dexia possède 65.31% du capital de la banque, 65.99% des droits de vote et 66.67% des droits de décision (nomination des directeurs). Cfr: http://duns100.dundb.co.il/2008/600057228/index.asp

Novembre 1999: La filiale de Dexia, Dexia Crédit Local acquiert 9% des parts de la banque Otzar Hashilton Hamekomi. Cfr: http://www.dexia.jobs/FR/whoweare/Pages/History.aspx

1953: La banque israélienne Otzar Hashilton Hamekomi, aujourd’hui Dexia Israël Public Finance Ltd est fondée. Cfr: http://duns100.dundb.co.il/2008/600057228/index.asp


 

Motion proposée par le Groupe ECOLO

Ci-joint un le lien de Télévesdre sur le Conseil communal de ce mardi 03.04 qui a rejetté la motion mais a été signée par certains conseillers

Une motion déposée par Ecolo a suscité une mini polémique au sein du conseil communal de Verviers.
http://www.televesdre.eu/site/oui_ou_non_aux_questions_qui_depassent_les...