Benetton directement impliqué dans l'affaire Santiago Maldonado?


Depuis l'apparition du corps de Santiago Maldonado, une théorie circule dans les milieux journalistiques. Une récapitulation des preuves pourrait compliquer la situation de Benetton lui-même, propriétaire de l'Estancia Leleque et d'une grande partie des terres de la région.


 

59f6112486857_crop.jpeg

Le chercheur Federico Soria a énuméré une série de raisons qui rendent au moins suspect le rôle que l'homme d'affaires et propriétaire foncier italien aurait pu jouer:

1. L'apparition du corps de Santiago Maldonado a eu lieu LE JOUR-MÊME où la fouille de l'Estancia Leleque avait été ordonnée (la fouille a été annulée suite à l'apparition du corps).

2. L'appropriation illégale de terres de la Communauté de Cushamen par Benetton est soutenue par l'appareil d'Etat et l'action des forces répressives (la gendarmerie agit presque comme une force de sécurité privée de Benetton) s'est faite en coordination avec les propres forces de police parapolicières de Benetton.

3. Ce secteur du territoire connu sous le nom de Colonia Cushamen, selon le cadastre du Chubut (un document public l'atteste), qui constitue la récupération territoriale réalisée par Pu Lof, est entièrement entouré des estancias de Benetton, en amont et en aval de la rivière Chubut et est accessible à partir de celles-ci par des routes.

4. Particulièrement l'endroit où le corps a été trouvé est situé à quelques mètres de l'ancienne route provinciale 4, qui unissait autrefois El Maitén à Cushamen et qui est maintenant usurpée par Benetton depuis quelques années.

5. Benetton dispose de congélateurs dans des endroits reculés de Patagonie où de nombreux cadavres pourraient être cachés aussi longtemps que nécessaire.

6. Il dispose de toute la logistique et du personnel nécessaire pour réaliser ce type d'opérations.

7. Il bénéficie du soutien et de l'appui de l'Etat et de ses forces répressives autonomes pour mener et/ou dissimuler ce type d'action.

8. Le Gouvernement et les médias hégémoniques qui lui sont associés ont délibérément omis de mentionner Benetton et ses intérêts à l'endroit où Santiago Maldonado a disparu.

 

59f60ce3d722e.png

 

59f60cdeee793.jpeg

 

Quelles autres indices pointent dans la même direction?

La police privée de Benetton et les forces de sécurité ont agi ensemble. Soraya Maicoño, qui, avec deux autres personnes, a été arrêtée sur la Route 40 il y a un mois, exactement le jour de la disparition forcée de Santiago Maldonado et est maintenant témoin à la cause, le relate ainsi : Les camionnettes qui circulaient venaient également de l'estancia Leleque de Benetton. Elles sont entrées dans le poste de police, allaient et venaient, retournaient dans l'estancia, se rendaient au Pu Lof. Ils ont aussi donné des ordres, des instructions. Ils savaient ce qui se passait. Ainsi, en plus des camionnettes de la gendarmerie et de Noceti, celles de Benetton étaient également sur la route. Il y avait deux camionnettes dans l'estancia. Nous avons également pu constater cela le 10 janvier, lorsque McDonald (Ronald, directeur général des estancias de Benetton) a prêté le camion de l'estancia pour transporter les chevaux qu'ils nous avaient été confisqués. C'est ainsi que nous avons pu le voir à nouveau: ils faisaient partie de l'opération.

Selon le journaliste Daniel Sátur : L'ordre a été donné à midi le vendredi 13, mais son exécution était prévue le mardi 17 à 7 heures du matin. C'est-à-dire 90 heures plus tard, un temps précieux pour qui aurait voulu changer une scène ou installer quelque chose là où on allait avoir lieu la fouille, à condition d'avoir des informations exactes, bien sûr… Ce qui a pu permettre de savoir ce qui allait se passer et le dénouement.

Le journaliste Ricardo Ragendorfer, interviewé par Radio Rebelde, a déclaré: "Le corps n'avait pas l’apparence d’avoir été submergé pendant 80 jours. Le rapport d'autopsie préliminaire, que le juge Lleral n'a pas été chargé de préciser, est précisément qu'il a été décidé que ce corps pourrait avoir été dans l’eau entre 5 et un peu plus de jours, pas plus que cela. Le juge a demandé qu'une fouille soit faite dans la propriété de Benetton où il y a une chambre frigorifique, la seule dans la région ".

Puede escucharse la entrevista en este enlace.

Le journaliste Raúl Kollmann est intervenu pour vérifier l'affirmation de Ragendorfer. Voici sa réaction sur Twitter : On aura une estimation plus précise du nombre de jours passés dans l'eau quand arriveront les études de l'UBA de l'Université de La Plata et l'anatomopathologie. À ce moment-là, vers le 7 novembre, les docteurs Cohen et Herrsberg rédigeront un avis et les autres experts médico-légaux décideront de signer ou non. Aucun rapport d'autopsie ne dit que Santiago est resté dans l'eau pendant cinq jours.

Les deux journalistes ont une vaste expérience et une grande crédibilité. Ragendorfer est l'auteur de livres tels que La Bonaerense (La Police de Buenos Aires), La secta del Trigtillo, A pura sangre, Robo y falsificación de obras de arte en Argentina. Il a écrit entre autres dans Miradas al Sur, El Porteño, Diario Sur, Tiempo Argentino, TXT, Tres Puntos, Delitos & Castigos, Rolling Stone, Le Monde Diplomatique, La Mano et Noticias.

Dans cette interview avec Radio Rebelde ce journaliste a ajouté un autre élément d'information : Les policiers coupables du meurtre d'Ezequiel Demonty ont été condamnés à la prison à perpétuité en septembre 2002, ce qui a presque établi la jurisprudence. Ezequiel, comme Santiago Maldonado, ne savait pas nager. Il fait référence à deux cas retentissants dans lesquels des "blessures" n'ont pas été constatées sur le corps, mais qui ont démontré l'existence d'une violence physique ayant entraîné la mort. C'est ainsi que le journaliste Sebastián Ortega l'explique dans une note sur le portail Red Harvest:

L'absence de blessures et de coups sur le corps ne permet pas de déterminer l'absence de violence policière. Par exemple, le premier examen du corps de Franco Casco - qui semble flotter dans la rivière Paraná après trois semaines de disparition - a révélé qu'il n'avait aucune lésion visible. L'enquête et les études complémentaires ont montré que le jeune homme avait été arrêté et torturé dans un commissariat de police de Rosario et jeté vivant à l'eau. Le corps d'Ezéchiel Demonty est apparu flottant dans les eaux du Riachuelo. L'autopsie a montré qu'il s'était noyé: l'enquête a révélé qu'un groupe de policiers l'avait torturé et l'avait forcé à sauter dans la rivière.

L'expert criminel Enrique Prueger a été interrogé par l'Agencia Paco Urondo (APU) sur la possibilité que le corps de Santiago ait été déposé dans la rivière. Le journaliste Enrique de la Calle, de l'APU, pose une question interpellante :

APU: Je propose une hypothèse, peut-être illusoire: si le corps avait été gardé dans un réfrigérateur pendant tout ce temps (et ensuite déposé dans la rivière), les empreintes digitales auraient-elles été conservées?

Prueger répond : C'est possible, il ajoute ensuite : Ce dont je suis sûr, c'est que ce corps n'a pas été dans l'eau pendant 78 jours. S'il y a des empreintes digitales, c'est impossible. Tout au plus aura-t-il passé 20 jours dans l'eau. Votre hypothèse du réfrigérateur est une possibilité. Mais il y a autre chose par rapport au corps qui est apparu en amont du lieu où Santiago Maldonado a été la dernière fois vu vivant. Et cela, c'est impossible. Un corps ne remonte pas le courant et moins encore dans une rivière comme le Chubut.

Source: http://www.agenciapacourondo.com.ar/ddhh/experto-en-criminalistica-es-imposible-que-ese-cuerpo-estuviera-en-el-agua-mas-de-20-dias

Ces soupçons ont également été exprimés par Maria Victoria Moyano (une petite-fille retrouvée par les Grands-Mères de la Place de Mai):

Une chose qui est passée inapercue dans l'affaire Maldonado c’est que lors de sa décision, le 13 octobre, de ratisser la rivière, le juge Lleral avait également ordonné de fouiller l’estancia de Benetton. Cette fouille n’a pas eu lieu. Cela a-t-il quelque chose à voir avec la découverte du corps ?

Toute cette théorie n'est rien de moins que cela: un grand nombre de soupçons qui pointent tous dans une direction sur laquelle il faut enquêter. Les résultats définitifs de l'autopsie peuvent éclairer les faits. S'il se confirme que le corps de Santiago a peut-être été déposé là où on l’a retrouvé, plus le temps sera long, moins il y aura de possibilité de rencontrer des preuves lors possibles perquisitions.

Source: http://kontrainfo.com